ExoMars : l'atterrissage ne s'est pas déroulé comme prévu mais la mission reste «un succès»

- Avec AFP

ExoMars : l'atterrissage ne s'est pas déroulé comme prévu mais la mission reste «un succès»© Kai Pfaffenbach Source: Reuters
Un modèle de la navette spatiale ExoMars

L'Agence spatiale européenneignorait toujours jeudi 20 octobre si le module Schiaparelli avait «survécu ou pas» à son atterrissage sur Mars, après une perte de signal. Cependant, la mission est toujours considéré comme «un succès», selon l'Agence.

«Nous ne sommes pas encore en mesure de déterminer les conditions [...] dans lesquelles l'atterrisseur a touché le sol [mercredi 19 octobre]», a déclaré Andrea Accommazzo, chef des missions du système solaire à l'ESA, depuis le centre européen de contrôle des opérations (ESOC) à Darmstadt (Allemagne). Il faudra d'autres éléments pour savoir «s'il a survécu structurellement ou pas», a-t-il déclaré.

Pendant la descente, le module Schiaparelli a pu transmettre une grande quantité de données, a précisé le responsable de l'ESA : néanmoins, le parachute ne se serait pas ouvert correctement, a précisé l'ESA. Elle a ajouté que l'atterrissage du module était prévu comme un test de nouvelles technologies spatiales, ce qui permet de considérer que la mission est «un succès».

Auparavant, l'ESA avait annoncé que la mission russo-européenne ExoMars avait réussi son atterrissage, prévu le 19 octobre à 14h48 GMT, et avait commencé à émettre, mais le signal n'a pas encore été reçu par l'Agence spatiale européenne.

S'il s'avère que Schiaparelli est perdu, ce sera la deuxième fois que l'Europe spatiale aura échoué à faire atterrir en douceur un engin sur Mars.

Lire aussi : Après sept mois de voyage, ExoMars doit atteindre le sol de Mars

Il y a treize ans, le petit Beagle 2, de conception britannique, avait bien atterri sur Mars mais il n'avait jamais réussi à émettre.

Jusqu'à présent, seuls les Américains ont réussi à poser sur Mars des engins qui sont parvenus à fonctionner.

La mission ExoMars est menée en coopération par l'ESA et l'agence russe Roscoscomos. L'objectif de cette ambitieuse mission : détecter d'éventuelles traces de vie sur la planète rouge, qui se situe dans la «zone habitable» de notre système solaire.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Qui est pour vous le principal fossoyeur de la gauche en 2017 ?

Résultats du sondage