WikiLeaks publie la troisième partie des documents du chef de la campagne électorale de Clinton

Source: AFP

Le site de lanceurs d'alerte de Julian Assange poursuit ses révélations embarrassantes pour la candidate démocrate tandis que le jour de l’élection présidentielle américaine se rapproche.

Pour la troisième fois consécutive, l’ancien conseiller de Barack Obama et actuel responsable de la campagne de Clinton, John Podesta, se trouve dans le viseur de Wikileaks. Aux 4 000 courriels révélés en octobre, le site lanceur d’alerte en a dévoilé 1 190 autres.

Les emails ainsi révélés montrent une frustration de l’équipe d’Hillary Clinton face à la réticence de Barack Obama d’exprimer ouvertement son soutien à la candidate démocrate. Le 12 mars 2016, un mois après le début des primaires, la conseillère Neera Tanden avait demandé à John Podesta si Obama pouvait rendre public son soutien à Hillary Clinton, précisant que «même un signe de tête serait suffisant».

La partie précédente qui a été révélée le 10 octobre, a démontré les liens étroits entre Jose Fernandez, ex-vice-secrétaire d’Etat, responsable des ventes de sites stratégiques aux investisseurs étrangers, et John Podesta.

Lire aussi : Wikileaks diffuse un deuxième lot de plus de 2 000 courriels du chargé de campagne d'Hillary Clinton

Il s’est avéré aussi que Hillary Clinton était «détachée de la lutte de la classe moyenne grâce à sa fortune», et que lorsqu’elle occupait le poste de secrétaire d’Etat, elle avait donné 20% de l’uranium américain à la compagnie Uranium One qui était dirigée par Tony Podesta, frère de John.

Dans un premier temps, l'entourage d'Hillary Clinton s'est refusé à confirmer l'authenticité des emails au motif que ces derniers avaient été obtenus par piratage, mais, lors du deuxième débat télévisé, la candidate démocrate a dû reconnaître que les mails étaient bien originaux.

Ces nombreuses révélations ont été faites conformément à ce que Julian Assange avait promis début octobre.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales