Les Etats-Unis accusent la Russie de tenter d'influencer le processus électoral américain

© Joshua Roberts Source: Reuters

Les services de renseignement américains disent être «presque sûrs» que la Russie est derrière le piratage récent des courriels d'organisations américaines, selon le ministère de la Sécurité intérieure et le Bureau du renseignement américains.

Selon une déclaration conjointe des deux services publiée le 7 octobre, «les divulgations d'e-mails présumément sur des sites comme DCLeaks.com et WikiLeaks par le hacker Guccifer 2.0 sont compatibles avec les méthodes employées par les hackers russes [...] même si pour le moment nous ne nous trouvons pas dans la mesure de le confirmer».

 

«Nous croyons, sur la base de la portée et de la sensibilité de ces efforts, que seuls les hautes sphères du gouvernement russe pourraient avoir autorisé ces activités», dit la déclaration, publiée par le directeur du renseignement américain, James Clapper.

Depuis quelques temps, la Russie et ses piratages présumés sont un sujet très largement évoqué dans les débats en vue de la présidentielle américaine.

D'ailleurs, en septembre dernier, le Washington Post révélait que la Maison Blanche aurait décidé de dépenser un maximum pour créer un système d’espionnage solide en Russie, en réaction à son «renforcement à l’échelle mondiale».

Cette décision aurait été prise après la fuite des documents du Comité national démocrate en juillet 2016 concernant la candidate Hillary Clinton et ses manœuvres pour se débarrasser de ses rivaux afin d'obtenir l'investiture du parti démocrate à la présidentielle de novembre. 

Ce piratage, dont la Maison Blanche ne cesse d’accuser la Russie sans présenter la moindre preuve, aurait «suscité des craintes que Moscou essaye de saborder les institutions démocratiques des Etats-Unis et d’influencer les résultats des élections présidentielles en 2017», rapporte le Washington Post.

Toutes ces accusation de piratage russe dirigé directement pas le Kremlin avaient été démenties en septembre dernier par le président russe Vladimir Poutine qui avait affirmé qu'en aucun cas Moscou ne s'adonnait à ce genre de pratiques.

Lire aussi : Assange : accuser Moscou du vol de fichiers publiés par WikiLeaks est une diversion de Clinton

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales