Duterte invite Obama à «aller au diable» et menace de s'allier avec la Russie

- Avec AFP

Rodrigo Duterte présente le nouveau pistolet en dotation dans la police philippine © Romeo Ranoco Source: Reuters
Rodrigo Duterte présente le nouveau pistolet en dotation dans la police philippine

Le président philippin Rodrigo Duterte, connu pour ses provocations, a dit au président américain Barack Obama «d'aller au diable», et menacé de mettre fin à l'alliance de son pays avec les Etats-Unis, au profit de la Russie ou de la Chine.

«Allez au diable Monsieur Obama !» a lancé Rodrigo Duterte lors d'un discours dans lequel il s'agaçait des appels au respect des droits de l'Homme dans son pays lancés par les Etats-Unis, les Nations unies et l'Union européenne. «J'ai perdu mon respect pour l'Amérique», a-t-il ajouté.

Cette dernière attaque verbale intervient le jour où les Philippines et les Etats-Unis ont entamé leurs manœuvres militaires conjointes annuelles.

Rodrigo Duerte a qualifié les Américains d'«hypocrites», et mis en garde contre la possibilité de remettre en cause l'alliance bilatérale avec leur pays, qui comprend un pacte de défense mutuel.

«Finalement, je pourrais lors de mon mandat rompre avec l'Amérique. Je me tournerais plutôt vers la Russie ou la Chine. Même si nous ne sommes pas d'accord avec leur idéologie, ils ont du respect pour le peuple. Le respect c'est important», a-t-il lancé.

Le président Duterte, qui a pris ses fonctions le 30 juin, a fait de la lutte contre la drogue sa priorité, faisant savoir qu'il serait «heureux de massacrer» pour cela des millions de drogués.

Il y a quelques semaines, Rodrigo Duterte avait qualifié Barack Obama de «fils de pute» en apprenant que ce dernier prévoyait d'évoquer avec lui la question des droits de l'Homme.

Lire aussi : Philippines : maintenant Duterte fait des doigts d'honneur à l'Union européenne



Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales