Enquêteurs néerlandais : les rebelles du Donbass ont abattu le MH17 avec un système Bouk russe

© Vitali Belousov Source: Sputnik

L’équipe d’enquêteurs dirigée par les Pays-Bas a publié les résultats de son enquête sur le crash du MH17 affirmant que l’avion avait été abattu par des rebelles dans l’est de l’Ukraine par un système de missile Bouk venu de Russie.

Les enquêteurs ont produit un enregistrement audio qui prouverait que des rebelles de l’est de l’Ukraine ont commandé un système de missiles Bouk. Selon leurs conclusions, ce système de missile de défense aérienne de fabrication russe leur aurait été livré depuis le territoire russe, avant d’y retourner après la catastrophe.

Environ 100 personnes pourraient être liées au transport du système et au lancement de missiles Bouk dans l’Est de l’Ukraine. Une enquête plus approfondie à leur sujet doit être encore menée, ont ajouté les enquêteurs qui ne savent pas encore combien de temps il faudra pour établir le rôle exact des personnes qui sont impliquées dans cette tragédie.

L’enquête a passé au crible les affirmations russes selon lesquelles l’avion aurait été abattu depuis le village de Zaroschenske, contrôlé par les forces ukrainiennes. Mentionnant l’interception de conversations de rebelles présumés, les enquêteurs ont conclu que le missile n’avait pas été tiré à partir de ce territoire. Au terme de leur enquête, ils estiment que le MH 17 a été abattu depuis le village de Pervomayskoe, qui était à l’époque des faits, sous le contrôle de troupes rebelles.

© Vitali Belousov Source: Sputnik

Toujours selon les conclusions de l’enquête, il faut exclure une défaillance technique ou «une attaque à l’intérieur de l’avion» comme un attentat terroriste pour expliquer cette catastrophe, de même qu’un attaque par un autre aéronef.

«Il est trop tôt pour parler de la nationalité des coupables ou de l’implication de la Russie»

Bien que les enquêteurs soupçonnent une centaine de personnes, cela ne signifie pas qu’elles sont coupables pour autant, ont souligné les enquêteurs. «L’enquête n’a encore identifié aucun suspect. Il est trop tôt pour parler de leur nationalité ou de l’implication de la Russie», a déclaré le responsable de l’équipe d’enquêteurs, Fred Westerbeke.

D’après lui, «il faut se faire une image complète», notamment qui a ordonné d’abattre l’avion et de transporter le système de missiles Bouk.

Lire aussi : Crash du MH17 : deux ans d'accusations et peu de faits

Les données-radar russes pas encore examinées

Les enquêteurs n’ont pas eu l’opportunité d’analyser les nouvelles données livrées par les radars russes. Le producteur des missiles, la firme russe Bouk Almaz-Antey, avait déclaré plus tôt dans la semaine avoir transmis de nouvelles données radar de l’espace aérien de la région où le crash du MH17 s’est produit datant du jour de la tragédie.
Le radar situé en territoire russe n’a pas repéré d’objet provenant des territoires contrôlés par les rebelles se déplaçant en direction du MH17, selon Almaz-Antey. Les enquêteurs ont affirmé qu’ils allaient examiner ces nouvelles images fournies par la Russie très prochainement.

© Vitali Belousov Source: Sputnik

L’équipe d’enquêteurs internationaux est constituée d’experts néerlandais, belges, australiens, malaysiens et ukrainiens. Elle a reçu pour mission, après la catastrophe de juillet 2014, de déterminer qui avait provoqué le crash du MH17.

Le vol MH17 de la Malaysia Airlines a été abattu au-dessus de l'est de l'Ukraine le 17 juillet 2014. Les 298 passagers à bord ont disparu dans la catastrophe. La majorité d'entre eux étaient des citoyens des Pays-Bas.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales