Daesh peut réaliser des attaques chimiques dans l'UE, prévient le chef de l'antiterrorisme européen

Des combattants de Daesh © Stringer Source: Reuters
Des combattants de Daesh

En admettant que la menace terroriste dans l’UE a atteint son paroxysme ces deux dernières décennies, le coordinateur européen pour la lutte contre le terrorisme a mis en garde que l’UE pourrait faire face à des attaques chimiques de Daesh.

Gilles de Kerchove, coordinateur de l'Union européenne pour la lutte contre le terrorisme, a mis en garde le 26 septembre les membres de la Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures du Parlement européen que, en raison de «la multitude des origines possibles» des attaques, la menace terroriste dans l’UE restait «très haute». La réunion a été convoquée suite à la vague d’attentats terroristes qui a secoué l’Europe cet été, notamment la France et l’Allemagne.

Pour Gilles de Kerchove, les inquiétudes actuelles concernant le terrorisme sont suscitées par de nombreux facteurs.

  • Risque d'attaques chimiques et de voitures piégées

D’après cet éminent spécialiste de l'antiterrorisme, les djihadistes devraient aussi adapter leurs capacités de frappe en utilisant tout l’arsenal qu’ils ont à disponibilité.
«Nous avons peur que Daesh puisse peu à peu commettre des attentats en employant d’autres moyens. Cela peut être des voitures piégées. Nous sommes aussi préoccupés par le fait qu’ils puissent utiliser des armes chimiques», a conclu le chef de l'antiterrorisme.

Lire aussi : Daesh prépare des attaques chimiques ou nucléaires contre le Royaume-Uni, alertent l’UE et l’OTAN

  • Kamikazes formés et loups solitaires

Un grand nombre de kamikazes qui ont été spécialement formés et des loups solitaires «inspirés» par Daesh sont présents en Europe, selon Gilles de Kerchove. Les rangs des potentiels terroristes s’est élargi à «des personnes ayant des problèmes de santé mentale» ou qui essaient «d’imiter» les terroristes, a prévenu le chef de l’antiterrorisme.

  • Afflux migratoire pour infiltrer des terroristes

Plusieurs assaillants, dans la vague d'attentats qui ont frappé l’UE, avaient «un passé criminel», a rappelé Gilles de Kerchove. Il a également confirmé que Daesh «utilis[ait] l’afflux migratoire pour infiltrer des combattants en utilisant des documents falsifiés».

 

  • Les enfants de djihadistes nés dans les zones de combat pourraient venir en Europe

Le chef de l’antiterrorisme a prévenu que si Daesh connaissait davantage d’échecs, de plus en plus de combattants en provenance d’Europe fuiraient la Syrie et l’Irak vers l’UE.

«Comment traiterons-nous non pas des centaines, mais des milliers de combattants qui voudront soit aller vers un autre point chaud – la Libye est la destination la plus évidente où ils peuvent se cacher – soit rentrer chez eux ?», interroge Gilles de Kerchove.

Si cela arrive, l’Europe devrait faire face à des sortes de gens différents : les combattants eux-mêmes ainsi que leurs femmes et enfants. «Nous savons que plus de 500 personnes y sont nées», a révélé le chef de l’antiterrorisme.

  • Propagande de Daesh

Des chaînes de propagande en ligne et sur les réseaux sociaux renforcent la menace terroriste en Europe, a déploré Gilles de Kerchove. Selon lui, la dernière tendance montre que moins d’Européens se rendent en Syrie, mais ils sont plus nombreux à être «inspirés» à l'idée de rejoindre les rangs des djihadistes sur le sol européen.

Lire aussi : La télévision belge diffuse une image de propagande de Daesh en plein match de ping pong des JO

  • Camps de réfugiés, terrains de recrutement

Des réfugiés risqueraient aussi d’être radicalisés, parce que «des organisations salafistes essaient de recruter des gens dans les camps de réfugiés» à travers l’Europe, surtout en Allemagne.

«Ce n’est pas une coïncidence. Ils veulent compromettre les réfugiés, car cela peut provoquer un cercle vicieux d’islamophobie et de radicalisation», estime Gilles de Kerchove.

  • Diversification de moyens d’attaque

Au lieu d’attaquer des immeubles et institutions symboliques, les terroristes utilisent «des moyens prêts à l’emploi et facilement disponibles, tels que des couteaux ou même des camions», souligne Gilles de Kerchove, en faisant référence au drame du mois de juillet à Nice.

Lire aussi : Ce que l’on sait sur l’attaque au camion, le pire drame qu'ait jamais connu Nice

  • Daesh n’est pas la seule menace terroriste

Il serait une erreur de négliger la menace qu’Al-Qaïda et ses branches telles que le Front Al-Nosra en Syrie constituent toujours, juge le chef de l’antiterrorisme. «Bien qu’Al-Qaïda soit un ennemi de Daesh, ses structures sont encore une grande menace pour l’Europe et l’Occident», a-t-il mis en garde.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales