Washington Post : le Pentagone aurait utilisé du phosphore blanc en Irak pour «cacher» les Kurdes

Source: Reuters

Les militaires américains ont confirmé l’utilisation de phosphore blanc en Irak. Ce produit nocif est interdit car il peut causer de graves brûlures. Le Pentagone prétend pourtant l’avoir employé avec des intentions honorables.

Les journalistes du quotidien américain The Washington Post ont examiné les images publiées sur un site internet dépendant du Pentagone et conclu que les soldats américains ont eu recours à des munitions de type M825A1, dotées de phosphore. Leurs conclusions ont été confirmées par le représentant des forces de la coalition de la lutte contre Daesh sous commandement américain, le colonel Joseph Scrocca, qui a ajouté que des bombes de ce type avaient été utilisées «en tenant compte des effets néfastes pour la population et les infrastructures civiles».

«Les forces de la coalition manient ces engins avec précaution et en conformité avec la loi de la guerre américaine dans les régions exemptes de population civile. Ce type d'armement n'est également jamais employé contre les forces ennemies», a-t-il insisté.

© Daniel Johnson / dvidshub.net

Le phosphore blanc a selon lui été utilisé «à des fins de signalement» et pour créer «des écrans de fumée», en expliquant que les photos en question avaient été prises lors d'opérations conjointes avec les Kurdes dans le nord de l'Irak.

Il n’a cependant pas précisé si les bombardements avaient touché des territoires peuplés ou bien seulement occupés par les terroristes.

© Daniel Johnson / dvidshub.net

Le phosphore blanc est un produit nocif dont les organisations des droits de l’Homme demandent qu'il ne soit pas utilisé, car pouvant causer de graves brûlures. De plus, la substance en question peut également provoquer des incendies.

Ce n’est pas la première fois que les Etats-Unis s'en servent. En 2004, le Pentagone a en a également fait l'usage en Irak et en Afghanistan. 

© Daniel Johnson / dvidshub.net

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales