Chine : l’escroquerie aux chauffeurs zombies Uber qui terrifient les clients

© Capture d'écran sixthtone.com

Une nouvelle arnaque a fait son apparition en Chine : quelques malins ont imaginé d'effrayer les clients du service de réservation de taxi en ligne Uber, pour les inciter à annuler leur course, ce qui entraîne une pénalité que touche le chauffeur.

Il arrive qu'un client un peu trop pressé commande un Uber à la va-vite, se trompe d'endroit, de destination, change d'avis ... et annule sa course. Rien de plus simple, il suffit d'appuyer sur l'option «annulation» présente dans l'application Uber des son smartphone. 

Cependant, l'annulation d'une course pouvant pénaliser le chauffeur déjà en route, lorsqu'un client change d'avis il est quand même facturé (à hauteur de 5 euros en France). Et visiblement, en Chine, certains l'ont très bien compris, décidant d'en faire un véritable business.

Ainsi, de très étranges et inquiétants chauffeurs Uber se sont mis à se multiplier sur les routes des grandes villes chinoises, où certains petits malins ont imaginé une arnaque leur permettant d’obtenir de la société des dédommagements pour les courses annulées sans avoir besoin de faire aucune des courses.

Le procédé ? L'escroc met une photo de profil particulièrement effrayante pour faire peur au client, et hop ! Ce dernier annule sa course, trop stressé à l'idée de devoir voyager avec un monstre, un zombie ou tout simplement un chauffeur ayant une tête plus que patibulaire. A chaque annulation, «gling-gling», c'est le jackpot ! (enfin, jackpot est un bien grand mot puisqu'en Chine un chauffeur qui voit sa course annulée touche seulement quelques yuans, l'équivalent d'un euro).

Le phénomène semble s’être propagé un peu partout en Chine, où les plaintes et les affaires se succèdent sur les réseaux sociaux. Selon NBD News, on trouverait des chauffeurs zombies à Pékin, Tianjin ou encore Qingdao, Xiamen et Shanghai.

Certains clients expliquent également avoir accepté des courses et vu le voyage commencer sur l’application, sans être montés à bord du véhicule. Ces courses fantômes sont ensuite stoppées après seulement quelques minutes, de manière à faire payer au client entre 8 et 15 yuans (entre 1 et 2 euros) pour une course qui n’a jamais existé.

Les passagers escroqués peuvent envoyer une plainte à Uber Chine, qui les rembourse au cas par cas. Un représentant régional de la firme américaine a par ailleurs communiqué aux médias locaux que chaque cas rapporté de chauffeur zombie et autre course fantôme entraînait le bannissement du chauffeur.

Pour éviter ce type de fraude, Uber avait introduit en avril une fonctionnalité de reconnaissance faciale afin de vérifier périodiquement si le chauffeur était la même personne que celle dont la photo avait été communiquée au service.

Lire aussi : Uber condamné à 800 000 euros d'amende par la France, dont la moitié avec sursis

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales