Maroc : vente frauduleuse massive de visas Schengen au consulat d'Espagne à Rabat

© SERGEI SUPINSKY Source: AFP

La police belge a découvert que de nombreux jeunes marocains avaient payé plusieurs milliers d'euros pour obtenir de faux papiers d'identité au consulat général d'Espagne dans la capitale marocaine, afin de pouvoir pénétrer dans l'espace Schengen.

La méthode est moins périlleuse que la traversée de la Méditerranée en zodiac : d'après site internet espagnol El Confidencial, qui cite des sources diplomatiques, la police fédérale de Belgique a découvert une vente massive de visas pour l'espace Schengen à des Marocains âgés de 25 à 30 ans, au consulat général d'Espagne à Rabat. Selon la même source, les employés de la représentation diplomatique espagnole sont suspectés d'avoir mis en place ce système de vente frauduleux.

Chaque candidat à l'émigration vers l'Europe aurait payé entre 6 000 et 8 000 euros pour obtenir le précieux document.

Réagissant à la divulgation de ces opérations illégales, le ministère des Affaires étrangères espagnol a reconnu que «des irrégularités [avaient] été détectées à Rabat». En outre, le consul d'Espagne dans la capitale marocaine a fait savoir qu'il avait ouvert «une enquête interne afin de déterminer leur portée» dès la fin du mois de mai dernier. Il a par ailleurs assuré avoir «introduit des mesures de sécurité supplémentaires pour éviter, dans la mesure du possible et selon les moyens disponibles, que cela ne se répète».

Fin mai, déjà, le ministère belge de l'Intérieur avait transmis aux autorités espagnoles ses inquiétudes concernant les circonstances dans lesquelles une ressortissante marocaine hospitalisée à Bruges avait obtenu son visa Schengen. Elle n'était en effet pas en mesure de payer ses soins médicaux.

Lire aussi : Démantèlement d’un réseau présumé de trafic d’étrangers entre le Maroc et la France

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales