Un aubergiste allemand demande à une cliente de retirer son niqab, les réseaux s'enflamment

Illustration. Image ©Reuters
Illustration. Image ©Reuters

Inquiet pour ses clients et leur «confort», le gérant d'un restaurant allemand a expulsé une femme qui refusait d'enlever son voile. Il n'en fallait pas plus pour que l'homme soit qualifié de «successeur de Hitler» et indigner les réseaux sociaux.

A Bielefeld, ville de l'Ouest de l'Allemagne, la fête bat son plein dans ce restaurant doté d'un grand jardin, en ce samedi 10 septembre. Quelque 1 000 personnes sont venues assister à un spectacle son et lumière, et la bière coule à flot. C'est alors que le gérant du lieu, le «Seekrug», avise une femme vêtue d'un niqab parmi les clients.

«Elle état complètement vêtue de noir... totalement voilée», se souvient Christian Schulz, le gérant de l'établissement. Ce dernier lui demande alors d'enlever la pièce de vêtement consacrée à dissimuler son visage, estimant que ses clients pourraient en être gênés.

La femme voilée rétorque alors au gérant : «Vous devez avoir une allergie aux textiles» et refuse de se dévoiler, expliquant que «sa foi le nécessite». «Je lui ai expliqué mes réserves, mais elle n'a pas daigné répondre. Elle était même défiante», raconte Schulz, tentant d'expliquer pourquoi il a fini par demander à la femme voilée de quitter les lieux.

Selon le quotidien allemand Bild, la femme a accepté de partir, mais quelques heures après, le gérant faisait l'objet d'une violente campagne de dénigrement sur les réseaux sociaux.

Christian Schulz a tenté de se défendre, mais a dû se résoudre à supprimer certains de ses posts, l'un d'entre eux s'étant attiré plus de 800 commentaires le mettant en cause. Le gérant s'est, entre autres, vu qualifié de «successeur de Hitler».

«J'ai été complètement submergé», déplore sur Facebook le gérant qui se dit par ailleurs sous le choc. «Si j'avais su, je ne me serai pas exprimé publiquement», regrette-t-il sur Facebook.

Christain Schulz se défend de tout racisme, se dit ouvert au monde et rejette les extrémismes, quels qu'ils soient. «Nous employons des gens du monde entier, aussi bien du Ghana, de la Turquie que de l'Ukraine.»

Christian Schulz en compagnie de son chef cuisinier. Capture Facebook, compte Seekrug.  DR
Christian Schulz en compagnie de son chef cuisinier. Capture Facebook, compte Seekrug. DR

Lire aussi : Burqa-burkini : Cazeneuve veut sanctionner ceux qui proposent de payer les amendes par solidarité

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales