Allemagne : une jeune fille d'origine saoudienne imagine une émoticône pour femmes voilées

© Capture d'écran BBC

Une jeune fille de 15 ans propose la création d'emojis pour représenter le hijab et le keffieh, afin d'apporter davantage de diversité dans les claviers des smartphones. Si sa proposition est acceptée, ce symbole pourrait être commercialisé en 2017.

«Environ 550 millions de femmes musulmanes dans le monde portent le voile avec fierté. Et pourtant, aucun espace ne leur est réservé sur le clavier», explique Rayouf Alhumedhia dans sa proposition.

Interpellée par le fait que les répertoires de smileys ne contiennent aucun voile ou foulard, qu'il soit masculin ou féminin, Rayouf Alhumedhia, une lycéenne originaire d'Arabie saoudite résidant en Allemagne a lancé une campagne pour la création de deux caractères représentant un hijab et un keffieh, à greffer sur n'importe quelle image.

Si sa proposition est acceptée, les utilisateurs de smartphones du monde entier pourront bientôt envoyer des caractères de femmes ou d'hommes portant un voile ou la coiffe traditionnelle des paysans arabes. 

Les emojis, symboles représentant un visage et toute la palette d'expressions qu'il est possible d'exprime que l'on retrouve sur tous les téléphones, sont gérés collectivement par le Consortium Unicode, dont les membres tels Apple, Facebook, Google, Microsoft, Huawei ou encore Twitter, réfléchissent régulièrement à de nouveaux symboles qui représentent la société dans toute sa diversité. Aussi prestigieux soient-ils, ces membres sont néanmoins ouverts à des contributions extérieures, et quiconque a une idée originale peut proposer un nouvel emoji, qui fera l'objet d'un vote au sein du Consortium.

S'il ourrait s'agir d'une première pour les applications les plus utilisées à l'heure actuelle, certains services en ligne se sont déjà penchés sur la question, notamment l'application Bitmoji, propriété de Snapchat, qui permet d'ajouter un voile à son avatar. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales