Un éminent photographe à RT : la photo des combats acharnés en Ukraine n’était que «mise en scène»

Un éminent photographe à RT : la photo des combats acharnés en Ukraine n’était que «mise en scène»© Capture d'écran de la page de Facebook
Suivez RT France surTelegram

Les médias ukrainiens ne cessent de parler de la photo de trois soldats fuyant une explosion à Chirokino. Mais un photographe réputé a réussi à prouver que les événements que cette photo aurait mis en lumière n’avaient jamais eu lieu.

L’histoire de cette photo controversée commence il y a deux mois. En juin, Dmitri Mouravski, un photographe ukrainien et conseiller au ministère de la Défense ukrainien, diffuse sur internet l’image de deux soldats en soutenant un troisième, apparemment blessé. Derrière eux, de grands panaches de fumée, comme si une véritable bataille était en cours. Dmitri Mouravski précise qu’il l’aurait prise le 4 juin 2015.

Cette photo est alors relayée non seulement par le photographe mais aussi par les médias, et par l’ancien ambassadeur des Etats-Unis en Ukraine, Geoffrey Pyatt. Elle est utilisée comme preuve que des combats ont lieu dans le village de Chirokino.

Pourtant, de nombreux photographes ont rapidement écrit une lettre ouverte pour condamner ce qui serait une «fausse photo». Les équipes de RT ont pu parler avec l’un d’entre eux, Efrem Loukatski, qui a, entre autres, couvert les incidents de la place Maïdan. Photographe réputé, Efrem Loukatski a indiqué que la distance entre les soldats et le lieu de l’explosion ne dépassait pas 20 mètres. «Dans un tel cas, les soldats seraient au moins projetés au sol par l’onde de choc, mais, dans les photos suivantes, ils courent», a précisé le photographe.

Par ailleurs, selon Efrem Loukatski, les panaches de fumée ne ressemblent pas aux explosions habituelles. «Cela nous laisse penser que la photo était mis en scène», a-t-il conclu.

En outre, on note, sur la photo, la présence d'une poussette. Elle aurait sans doute dû ajouter un peu plus de dramatisme à la composition mais, dans un état impeccable, avec son tissu brilliant et ses roues blanches, elle ressemble assez peu à un objet se trouvant en plein milieu d'une zone de violents combats.

Depuis, le photographe ukrainien a quitté son poste de conseiller au ministère de la Défense ukrainien, ce dernier précisant ne pas avoir accordé d’attention à ses photos. «Nous n’avons jamais considéré ces photos comme authentiques et n’avons pas fait la moindre déclaration officielle à ce sujet», a fait savoir Kiev.

Le conflit en Ukraine a commencé en avril 2014. Alors que les accords de Minsk-2 destinés à opérer une désescalade dans le pays auraient dû entrer en vigueur en février 2015, l’Ukraine renonce toujours à accorder un statut particulier aux républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk tel que prévu par ces accords. La non-respect des accords de Minsk-2 induisent des combats, dont les deux parties au conflit font état chaque semaine en s'accusant l’une l’autre d’avoir rompu le cessez-le-feu.

Selon les données de l’ONU, depuis le début du conflit, plus de 9 400 personnes ont été tuées et plus de 22 000 blessées.

Lire aussi : Droits de l’homme : les Nations unies accusent Kiev de torturer des prisonniers

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix