La marine libyenne admet être impliquée dans l'attaque du navire de Médecins sans frontières

Source: Reuters

Le 25 août dernier, l'ONG Médecins sans frontières annonçait qu'un de ses bateaux avait été attaqué une semaine plus tôt en Méditerranée par des assaillants inconnu. La marine nationale libyenne reconnaît être en partie responsable de l'incident.

Qui a tiré sur le Bourbon Argos, un navire de Médecins sans frontières (MSF) patrouillant en mer pour venir en aide aux migrants ?

Il semble que ce soit la marine libyenne, qui par la voix de son porte-parole, a expliqué être à l'origine de ces tirs, sans pour autant reconnaître avoir visé le bateau directement. «Une patrouille de garde-côtes libyens était à environ 25 miles des côtes, elle a observé un bateau non identifié à qui l’ordre était donné de s’arrêter, mais il n’a pas obtempéré. Nous avons tiré cinq coups de feu de sommation. Nous n’avons pas fait irruption sur le bateau, nous sommes catégoriques. Et la patrouille est revenue ensuite sur la côte. Nous avons informé l’opération Sophia de cet incident et nous avons ouvert une enquête. Nous sommes les garde-côtes libyens et ce bateau devrait s’arrêter et s’identifier», a déclaré Ayoub Kassem, porte-parole de la marine libyenne.

Si la marine reconnaît donc avoir tiré des coups de feu, elle précise que le bateau de l'ONG n'était pas identifiable et ne répondait pas aux injonctions qui lui étaient adressées.

Pour l'organisation Médecins sans frontières, il n'y aurait eu aucun échange entre les deux navire et il était donc impossible pour l'équipe du Bourbon Argos de s'identifier auprès de la patrouille libyenne. Ces dernières expliquent en outre qu'elles n'avaient pas été prévenues de l'opération de sauvetage menée par MSF ce jour-là. Une affirmation que l'ONG dément également. 

Le 17 août dernier, alors qu'il croisait dans le sud de la Méditerranée, l'un des trois bateaux de MSF, le Bourbon Argos, déclarait avoir été pris pour cible par des hommes armés inconnus qui auraient tiré sur l'embarcation avant de monter à bord.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales