Venu secourir des migrants, un navire de MSF se fait attaquer au large de la Libye

Alors qu'il croisait dans le sud de la Méditerranée le 17 août dernier, le Bourbon Argos, un des trois bateaux de Médecins sans frontières, a été pris pour cible par des hommes armés qui ont tiré sur l'embarcation avant de monter à bord.

«Il ne s'agissait pas de coups de semonce. Nous avons reçu au moins 13 balles, frappant les différentes parties du pont. Il y avait, je crois, une réelle intention de nuire et potentiellement de tuer.» Dans un entretien accordé ce jeudi 25 août au Guardian, Stefano Argenziano, le coordinateur des opérations de Médecin sans frontières (MSF) fait le récit de l'attaque qui a touché l'un des navires de l'organisation au large de la Libye. 

Alors que le bateau de l'ONG voguait à  la recherche de migrants à secourir, un bateau inconnu et avec lequel aucun contact n'avait été établi s'est approché du Bourbon Argos peu après 9h30 du matin. Des hommes armés auraient alors tiré sur le navire à plusieurs reprises, avant de passer à l'abordage. 

Mais l'équipage a rapidement pris ses précautions et s'est retiré dans une salle de sécurité du navire. Aucun blessé n'est à déplorer, et les assaillants, qui n'ont rien volé à bord, sont repartis à bord sur leur navire une heure plus tard, sans dire qui ils étaient, ni ce qu'ils voulaient.

Toujours interrogé par le quotidien britannique, Stefano Argenziano a donné des précisions sur le profil des assaillants : «Ce sont des professionnels, et non de simples pêcheurs. Ils ont été formés à la tactique militaire et à l'utilisation des armes.»

Le temps d'effectuer quelques réparations, le bateau est amarré dans un port sicilien. Si l'organisation MSF a précisé que deux autres de ses navires vont continuer leur mission en Méditerranée, cet incident est symptomatique de l'état de chaos dans lequel est plongé la Libye depuis 2011

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales