Quand les Etats-Unis envisageaient de déployer des armes nucléaires en Islande à son insu

Quand les Etats-Unis envisageaient de déployer des armes nucléaires en Islande à son insu Source: Reuters
Un missile balistique intercontinental américain avec une ogive nucléaire
Suivez RT France surTelegram

Des documents classifiés publiés par les archives de la sécurité nationale américaine révèlent que, dans les années 1950, le gouvernement américain entendait déployer des armes nucléaires sur le territoire islandais sans même en informer Reykjavik.

Les archives de la sécurité nationale américaine ont publié pour la première fois des télégrammes et des documents top secrets du département d’Etat qui témoignent de plans des Etats-Unis pour placer en Islande des armes nucléaires à l’époque de la Guerre froide. Les autorités islandaises, préoccupées, demandaient des garanties à Washington que cela ne se produirait pas. Mais le département d’Etat estimait pour sa part que de telles assurances ne feraient que conforter l’Union soviétique.

«Informer le ministère des Affaires étrangères que la politique américaine est de ne pas démentir ou confirmer des rumeurs ou des déclarations publiques non autorisées sur la relocalisation de bases de bombes nucléaires ou [et] de [ne pas] répondre aux questions à ce sujet. Agir autrement rendrait l’Union soviétique capable de déterminer nos stratégies de défenses», lit-on dans le mémorandum top secret envoyé du nom du secrétaire d’Etat Dean Acheson et datant de décembre 1951.

Quand les Etats-Unis envisageaient de déployer des armes nucléaires en Islande à son insu

Néanmoins, les Américains planifiaient de stocker leurs armes nucléaires en Islande en cas de nécessité. Quand les autorités de l’île l’ont appris, elles ont menacé de quitter l’OTAN si elles découvraient des bombes nucléaires stockées en secret dans leur pays.

Ça n’est qu’après cet ultimatum que les Etats-Unis ont reconnu, en rechignant, que le déploiement d’armes nucléaires en Islande aurait plus d’inconvénients que d’avantages et ont renoncé à cette idée. «Concernant le stockage ou le transport d’armes nucléaires à ou via Keflavik [commune islandaise], le ministre des Affaires étrangères n’a pas demandé de s’assurer que l’accord préalable de l’Islande ait à être obtenu. A cet égard, Thompson [ambassadeur des Etats-Unis en Islande] estime que le stockage des ogives nucléaires en Islande sans accord préalable de ce dernier serait une faute et suggère que si nous n’avons l’intention de le faire, nous en informions le gouvernement islandais sans attendre ses interrogations à cet effet», indique un document déclassifié datant du juin 1960.

Lire aussi : Une Amérique réduite au silence alors qu’elle se prépare à la guerre

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix