Le président des Comités olympiques européens arrêté à Rio pour vente de tickets illégaux

© Patrick Hickey Source: AFP

Les médias brésiliens ont annoncé l'arrestation de Patrick Hickey, qui dirige l'organisation sportive européenne. L'Irlandais de 71 ans est suspecté d'avoir confié de manière irrégulière à des revendeurs des tickets pour les JO de Rio.

Chef des Comités olympiques européens ainsi que du Conseil olympique irlandais, Patrick Hickey a été arrêté à Rio de Janeiro mercredi 17 août, ont fait savoir les médias brésiliens, quelques jours après avoir été surpris par la police en possession de 800 tickets illégaux des Jeux olympiques.

Selon les forces de l'ordre, l'homme de 71 ans aurait tenté de s'échapper lorsqu'elles ont procédé à son arrestation. Plus précisément, il aurait glissé son pass olympique sous la porte de sa chambre d'hôtel quand il a entendu la police toquer à celle-ci, avant de tenter de fuir dans la résidence adjacente à la sienne, où son fils logeait jusqu'à présent.

Après son arrestation, le haut responsable sportif serait tombé malade, et aurait reçu une aide médicale.

Des tickets destinés à être illégalement revendus pour 8 000 dollars environ

D'après la presse brésilienne, le ressortissant irlandais est accusé de fournir de manière illégale des tickets sportifs de première catégorie à des revendeurs, qui les écouleraient ensuite à des prix exorbitants – autour de 8 000 dollars le ticket.

Les médias nationaux suggèrent que l'arrestation de Patrick Hickey est liée à celle de son compatriote Kevin James Mallon, au lendemain de la cérémonie d'ouverture des Jeux. Il s'agit du dirigeant de la société THG Sports, spécialisée notamment dans les billetteries sportives et l'accueil d'athlètes. La compagnie a publiquement récusé être impliquée dans toute action illégale.

Le Comité olympique irlandais, de son côté, a fait savoir qu'il allait lancer une enquête sur le sujet, mais a été critiqué par la presse pour avoir rejeté un appel du ministre des Sports d'Irlande, qui souhaitait coopérer avec l'organisation afin de dissiper les zones d'ombre autour de cette affaire.

Lire aussi : A coups de matraques et de gaz lacrymogènes, la police calme les manifestants anti-Jeux au Brésil

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales