Des milliers d’habitants de Hanovre évacués à cause d’une grosse bombe de la Seconde guerre mondiale

Le site de démolition d'une école à Hanovre (capture d'écran du compte Twitter @HAZ)
Le site de démolition d'une école à Hanovre (capture d'écran du compte Twitter @HAZ)

Mardi soir, les autorités allemandes ont dû évacuer quelques 31 000 habitants suite à la découverte d’une bombe - encore intacte - de plus de 250 kilogrammes sous une ancienne école.

La démolition de l’ancien lycée a été interrompue par une découverte effrayante faite par les ouvriers : une énorme bombe non explosée de l’époque de la Seconde guerre mondiale qui est resté non détecté depuis 70 ans.

Cette trouvaille a provoqué l’opération d’évacuation la plus massive à Hanovre depuis la fin de la guerre : 31 000 habitants d’une centaine de rues alentour, y compris les employés de la Chancellerie d’état de la Basse-Saxe dont Hanovre est la capitale, ont dû quitter leurs maisons et bureaux mardi soir pour une opération de désamorçage.

Près de 850 sapeurs-pompiers, policiers, experts en explosifs et membres d’organisations d'assistance ont été impliqués dans le déminage. Entretemps, comme l’ont fait savoir les autorités de Hanovre sur Twitter, des centaines de volontaires ont participé à la distribution de nourriture aux habitants affectés sur les points de rassemblement mis en place par l’Etat.

La bombe a finalement été désamorcée tôt mercredi matin, a fait savoir Harald Haerke, le chef des pompiers de Hanovre.

Des bombes non-explosées issues des bombardements de l’Allemagne par les forces alliés pendant la Seconde guerre mondiale sont toujours régulièrement retrouvées sur le territoire allemand, souvent lors de travaux de construction. En 2011, par exemple, près de 45 000 personnes ont dû être évacuées après la découverte d’un obus dans la ville de Coblence, à l’ouest du pays.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales