Purge en Turquie : Erdogan ferme 1 043 écoles privées et fait passer la garde à vue de 4 à 30 jours

- Avec AFP

Source: Reuters

La répression bat son plein une semaine après l'échec du putsch en Turquie, où la durée maximale de la garde à vue a été portée samedi à 30 jours et un millier d'écoles privées ont été fermées dans le cadre de l'état d'urgence.

Fort du soutien de ses supporteurs, qui vendredi sont encore descendus dans les rues des villes turques, le président Recep Tayyip Erdogan ne faiblit pas dans sa riposte contre les «traîtres», les fidèles du prédicateur en exil Fethullah Gülen accusé d'être l'instigateur du coup d'Etat.

Recep Tayyip Erdogan a ainsi ordonné la fermeture de 1 043 écoles privées, 1 229 organismes de bienfaisance et fondations, 19 syndicats, 15 universités et 35 établissements médicaux, a annoncé samedi 23 juillet l'agence Anadolu. 

Vendredi, près de 300 militaires de la garde présidentielle, soit 10% de ce régiment, ont été mis aux arrêts au lendemain de l'instauration de l'état d'urgence. Des milliers de passeports de service, délivrés notamment à d'anciens députés, certains fonctionnaires ou des maires, ont été annulés.

S'adressant vendredi soir par téléphone à ses supporteurs réunis à Sakarya (nord-ouest), le président Erdogan a indiqué que 11 000 personnes, militaires, professeurs, fonctionnaires, avaient été placées en garde à vue depuis l'échec des mutins.

Selon l'Intérieur, plus de 4 500 personnes sont en détention. Parmi elles, 126 généraux et amiraux, soit une proportion importante de la hiérarchie d'une armée turque engagée dans la lutte contre les combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le sud-est du pays et au combat contre l'Etat islamique.

Les purges n'épargnent aucun secteur. Selon l'agence Dogan, une trentaine de personnes liées au compte twitter @fuatavni, considéré proche des réseaux gulenistes, ont été arrêtées.

Le putsch a fait 270 morts, dont 24 putschistes, selon un nouveau bilan de l'agence Anadolu, légèrement revu à la hausse.

Samedi, une série de mesures ont été publiées au journal officiel : extension de quatre à 30 jours de la durée de la garde à vue ; exclusion à vie de la fonction publique des fonctionnaires liés à Fethullah Gülen ; dissolution de milliers d'organisations privées, dont 1 043 établissements d'enseignement, 15 universités, 1 229 associations et fondations, 19 syndicats.

Parmi les autres mesures, les conversations entre les suspects et leurs avocats pourront être enregistrées sous certaines conditions.

Des soldats libérés

Si des nouvelles mesures ont été adoptées, de l'autre côté des libérations ont néanmoins eu lieu, a rapporté le journal turc en langue anglaise Daily Sabah. Ainsi, 1 200 soldats détenus suite au coup d'état avorté ont recouvré la liberté. Ceux qui ont été libérés sont de simples soldats, a indiqué le procureur principal d'Ankara Harun Kodalak, ajoutant que les autorités tentaient d'identifier ceux qui avaient tiré sur des civils de ceux qui n'avaient rien fait.

Jeudi, Amnesty International avait fait part de ses craintes que l'état d'urgence ne serve de «prétexte aux autorités pour étendre la durée de garde à vue qui est actuellement de quatre jours».

Lire aussi : Erdogan estime que de nouvelles tentatives de coup d’Etat ne sont pas à exclure

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales