Arménie : violents affrontements entre policiers et manifestants à Erevan (VIDEO)

© Capture d'écran du compte de Twitter

Des heurts ont éclaté entre les forces de l'ordre et des manifestants dans la capitale arménienne, dans la soirée du 20 juillet, alors qu'un groupe armé tient en otage un poste de police depuis quatre jours.

La capitale arménienne Erevan est le théâtre de violents accrocs entre manifestants et policiers, mercredi 20 juillet, au quatrième jour d'une prise d'otage dans un poste de police. Dimanche 17 juillet, un groupe armé a investi le bâtiment, tuant un fonctionnaire de police et en blessant plusieurs autres.

Des soldats arméniens ont été déployés autour de la zone, tandis que des policiers continuent de négocier la libération de leurs collègues toujours prisonniers des assaillants. Parmi les otages se trouvent le chef-adjoint de la police nationale, Vardan Eguiazarian, et le chef-adjoint de la police de la capitale, Valeri Ossipian.

Dans la nuit du 20 au 21 juillet, des centaines de manifestants se sont réunis près du poste de police où se trouvent toujours quatre otages. Ils exigeaient qu’un député de l'opposition, Nikol Pachinyan, entre dans le bâtiment et apporte de la nourriture aux otages. Mais la police n’a pas accédé à la requête des manifestants. Les protestataires en colère ont alors tenté de briser le barrage de police et les forces de l’ordre ont utilisé des gaz lacrymogènes pour les disperser.

Selon un bilan provisoire, au moins 51 personnes auraient été légèrement blessées, il s'agirait, pour la moitié, de policiers.


D'après les médias locaux, le groupe armé revendique la libération d'opposants politiques parmi lesquels Jiraïr Sefilian, arrêté en juin pour détention d'armes et projets d'assauts contre des bâtiments gouvernementaux et des centres de télécommunication de la capitale.

Lire aussi : Arménie : les autorités ordonnent aux preneurs d'otage du poste de police de se rendre

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales