Arménie : les autorités ordonnent aux preneurs d'otage du poste de police de se rendre

Arménie : les autorités ordonnent aux preneurs d'otage du poste de police de se rendre© KAREN MINASYAN Source: AFP

Les autorités arméniennes ont appelé le groupe armé occupant un bâtiment de police à Erevan, la capitale du pays, à déposer les armes et à relâcher les cinq policiers qu'il séquestre. La prise d'otage dure depuis plus d'un jour.

Le matin du dimanche 17 juillet, un groupe d'hommes armés s'est introduit dans un poste de police de la capitale arménienne, Erevan, en enfonçant les portes du bâtiment au moyen de camions. Les assaillants ont tué un des policiers qui s'y trouvaient et pris sept autres fonctionnaires en otage.

Deux des otages ont été libérés après plusieurs heures de négociation dans la nuit du 17 au 18 juillet, ont fait savoir les services de sécurité. Parmi les cinq policiers toujours détenus se trouvent deux personnalités de haut rang : le chef-adjoint de la police nationale, Vardan Eguiazarian, et le chef-adjoint de la police de la capitale, Valeri Ossipian.

Le 18 juillet, les autorités du pays ont appelé les preneurs d'otage à déposer leurs armes et à libérer les cinq hommes.

Les assaillants réclament la libération d'un opposant et le départ du président

Le groupe armé, de son côté, exige le la démission du président Serge Sarkissian et la libération d'un opposant politique du nom de Jiraïr Sefilian, arrêté en juin pour détention d'armes et projets d'assauts contre des bâtiments gouvernementaux et des centres de télécommunication de la capitale.

L'homme avait déjà été condamné à 18 mois de prison en 2006, pour avoir appelé à «renverser le gouvernement par la violence». Opposant farouche au président Sarkissian, dont l'élection en 2008 avait été contestée par l'opposition, il a également été arrêté pour une tentative de coup d'Etat en 2015, avant d'être rapidement libéré.

Durant la nuit du 17 au 18 juillet, la police arménienne a interrogé plusieurs dizaines de militants de l'opposition, avant de tous les libérer, selon une source citée par l'agence AFP.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»