Erevan : un groupe armé a pris d’assaut le siège de la police, une personne tuée (VIDEO)

Capture d’écran, compte twitter @styoplotr
Capture d’écran, compte twitter @styoplotr

Une personne a été tuée et plusieurs autres blessées alors qu'un groupe armé a saisi le quartier général de la police à Erevan, en Arménie, selon les médias locaux. Six policiers seraient actuellement pris en otage.

Toujours selon les médias arméniens le chef de la police locale, Valeri Osipyan, a été pris en otage. Au total, six policiers seraient prisonniers des assaillants.

Les attaquants, en camion, ont enfoncé des portes de la préfecture de police et a pris le contrôle du bâtiment.

On exige que le but de l'attaque est la libération de la figure marquante de l'opposition arménienne Jiraïr Sefilyan. Il a été arrêté le 20 juin après que les autorités auraient découvert un complot visant à saisir plusieurs bâtiments et installations de télécommunications à Erevan. 

Des représentants des autorités ont entamé des négociations avec les assaillants, selon un communiqué officiel du Service de sécurité nationale de l'Arménie.

Les gens sont évacués des bâtiments autour les locaux de l'attaque.

Les partisans de Jiraïr Sefilyan avaient déjà déclaré qu'ils avaient l'intention de «changer l'état des choses en Arménie»  en incitant «une rébellion armée». 

Selon la déclaration des assaillants ils ont «déjà saisi l'un des principaux centres de police à Erevan». Ils affirment aussi contrôler Erebuni, une zone dans le sud de la capitale arménienne.

Octobre dernier, Jirayr Serfilyan et son mouvement d'opposition, «Nouvelle Arménie», ont annoncé qu'ils allaient lancer un «processus de la désobéissance civile et changement de pouvoir».

«Atteindre le déplacement du pouvoir que par des élections est impossible; il peut être atteint que par une rébellion armée du peuple», a déclaré Sefilyan lors d'une manifestation publique à l'époque.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales