200 arrestations après des manifestations du mouvement Black Lives Matter aux Etats-Unis (VIDEO)

Source: AFP

Après la fusillade mortelle de Dallas du 7 juillet qui avait coûté la vie à cinq policiers, la tension est montée d'un cran entre manifestants contre les violences policières et les forces de l'ordre américaines. Plus de 200 arrestations ont eu lieu.

Le 7 juillet, la mort des cinq policiers à Dallas n'a pas affaiblit le mouvement «Black Lives matter» (Les vies noires comptent) contre les violences policières, bien au contraire. Des milliers de manifestants ont encore exprimé leur colère dans plusieurs villes américaines au soir du 8 juillet, réclamant notamment justice pour Alton Sterling et Philando Castille, deux hommes noirs abattus par la police plus tôt dans la semaine. 

A Rochester, dans l'Etat de New York, la police a procédé à de nombreuses interpellations. Vers 21h45, les manifestants avaient bloqué les rues du centre ville où s'était agglutiné une foule importante. 

Une demi-heure plus tard, la police de Rochester en tenue anti-émeute a commencé à disperser la foule et des échauffourées ont éclaté avec les manifestants. 

«Pour l'instant, il y a 74 arrestation pour "conduite désordonnée" et deux chefs d'accusation pour refus d'obtempérer», a déclaré le chef de la police de Rochester, Michael Ciminelli, lors d'une conférence de presse le 9 juillet. Aucun blessé n'est à déplorer. 

De son côté, le maire de Rochester, Belle Warren, a expliqué que la police avait souhaité éviter une escalade de violences en ne recourant pas à la force de manière excessive et en n'utilisant pas leurs Taser. 

Dans une manifestation similaire à Baton Rouge, en Louisiane, les autorités ont arrêté 31 personnes. La police a déclaré que la plupart des arrestations avaient eu lieu pour «incitation à l'émeute». La situation fut très tendue à Baton Rouge après la diffusion sur internet ces derniers jours d'une vidéo amateur montrant un policier en train de faire usage de son arme sur un homme noir désarmé, Alton Sterling.

«Il est difficile d'expliquer pourquoi l'officier à tiré avec son arme. Nous travaillons pour l'instant à identifier cet agent afin que nous puissions mieux comprendre la raison de son geste», a déclaré le lieutenant de police Johnny Dunham à la chaîne américaine NBC. «Après l'assassinat à Dallas de cinq officiers, nos agents sont très prudents. La tension était à son maximum la nuit dernière, des deux côtés. Mais globalement, nos hommes ont gardé la tête froide», a-t-il déclaré. 

Un autre rassemblement a eu lieu au centre ville d'Atlanta, en Géorgie, rassemblant près de 10 000 personnes. Une bonne partie du centre ville a été bloqué par les manifestants. Si le rassemblement s'est déroulé dans le calme, la police locale a déclaré que trois personnes avaient tout de même été arrêtées. 

Enfin, à Phoenix dans l'Arizona, la police a dispersé un autre rassemblement avec du spray au poivre et des gaz lacrymogènes. Trois personnes ont été arrêtés et six autres blessées. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales