La police de Phoenix use de gaz lacrymogène au rassemblement de Black Lives Matter (PHOTOS, VIDEOS)

Source: Reuters

La police a utilisé du gaz poivré lors d’une manifestation des droits civils à Phoenix, Arizona vendredi soir 9 juillet. L’utilisation de munitions à impact n’a pas fait de blessés, et aucune arrestation n’a été menée, a indiqué le chef de la police.

Le défilé du mouvement Black Lives Matter (les vies noirs comptent) a débuté à l’extérieur du gratte-ciel de bureaux Phoenix City Hall à 20h (heure locale).

Selon les estimations, près de 1 000 participants ont scandé en marchant : «Les vies noirs comptent» et «Mains en l’air, ne tirez pas». Les officiers de police escortant le défilé n’étaient pas vêtus d’uniforme antiémeute.

Le Révérend Jarrett Maupin, un des leaders des droits civiques responsable de l’organisation du rassemblement a admis que l’itinéraire du défilé avait été modifié pour fermer l’autoroute inter-Etats au sud des Etats-Unis, l'Interstate 10.

En conséquence, la police a annoncé vers 23h que la manifestation était devenue «un rassemblement illégal».

Des agents de police en tenue antiémeute se sont dressés sur le chemin de la manifestation, équipés de gaz poivré pour l’utiliser quand les manifestants se rapprocheraient, empêchant les manifestants d’accéder à l’autoroute. 

Le temps est venu de disperser la foule, a indiqué Joe Yahner, le chef de la police de Phoenix, qualifiant la manifestation de «succès» et indiquant que le message des manifestants a été entendu, a rapporté ABC News. Aucune arrestation n’a été faite, a-t-il ajouté.

Damon Cecil, porte-parole de la police de l’Arizona a allégué que des activistes avaient jeté des pierres sur la police et qu’un manifestant a été interpellé après une altercation avec la police.

La vidéo d’un nouvel afro-américain abattu par la police enflamme les Etats-Unis (VIDEO CHOC)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales