Australie : un père viole son bébé de 10 mois avec son amant avant d'être rattrapé par la justice

L'un des suspects emmené par la police © Police australienne
L'un des suspects emmené par la police

Le père d'une fillette âgée de 10 mois et son petit ami seront bientôt jugés pour avoir violé l'enfant et avoir pris des photos à caractère pédopornographique, alors que la mère de l'enfant était absente de la maison.

Les deux hommes, âgés de 50 ans, ont été arrêtés dans l'Etat de Victoria après avoir abusé sexuellement de la petite fille et pris des photos d'elle nue pendant environ trois heures en avril 2015. Le bébé était sous la garde des deux hommes lorsque la mère de l'enfant suivait une formation professionnelle en ville pour quelques heures.

La police affirme que le petit ami du père du bébé avait eu une conversation skype avec l'un de ses collègues deux jours après le viol au cours de laquelle il avait déclaré : «Sa mère était sortie un moment. Nous n'avons pas eu le temps de faire tout ce que nous voulions malheureusement.»

Lors d'une discussion précédant l'agression du bébé, il aurait affirmé : «[Le père] et moi auront du temps avec elle. L'inceste m'excite tellement.»

Au cours d'une descente de police dans la maison du couple à Melbourne, la police aurait trouvé de nombreux documents pédopornographiques sur leurs ordinateurs.

L'un des deux hommes fait face à sept chefs d'accusation dont celui d'avoir eu des relations sexuelles avec un enfant de moins de 10 ans et d'avoir utilisé un enfant pour la production de matériel pédopornographique. L'autre homme est poursuivi pour ces mêmes chefs d'accusation, ainsi que pour incitation au viol de l'enfant et diffusion de matériel pédopornographique.

L'inspecteur Peter Yeomans, en charge de l'enquête qu'il a qualifié de «répugnante», a assuré que l'enfant était pris en charge et soigné.

Lire aussi : L’Indonésie adopte la peine de mort et la castration chimique pour les pédophiles

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales