Israël soupçonné d'espionner le téléphone de Manuel Valls, une enquête en cours

© Stéphane de Sakutin Source: AFP

Plusieurs téléphones portables de la délégation française, qui s'est rendue en Israël du 21 au 24 mai 2016 pour y discuter du processus de paix, ont été soumis à des analyses en raison de soupçons d'espionnage pesant sur les autorités israéliennes.

Alors qu’ils s’apprêtaient à «être reçus en haut lieu» durant leur visite officielle, le Premier ministre et plusieurs membres de la délégation ont été invités à se séparer de leur téléphone et à le laisser à des agents de sécurité, révèle l’hebdomadaire français L’Express.

Mais si les hauts fonctionnaires français pensaient avoir laissé leur portable en lieu sûr, ils ont constaté, en le récupérant, que plusieurs appareils n’étaient pas dans l’état dans lequel ils les avaient laissés. Certains présentaient même des «anomalies», poursuit le journal.

Une fois la délégation revenue en France, les téléphones ont été remis à l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi), afin que des analyses plus poussées soient menées.

Interpellé par l'hebdomadaire, le gouvernement français a reconnu qu’un des téléphones portables était tombé en panne durant la visite, sans donner plus de précision. Il a ensuite assuré qu’un allié n’espionnait pas ses amis et que l’enquête en cours faisait partie de «la procédure habituelle».

Durant sa visite officielle en Israël du 21 au 24 mai, au cours de laquelle il s'est présenté comme un ami d'Israël, Manuel Valls a notamment rencontré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou pour évoquer avec lui un projet de négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens.

En savoir plus : «La colonisation doit cesser», a déclaré Manuel Valls qui se présente en ami d'Israël

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales