Indonésie : attaque suicide liée à l'EI contre un commissariat

- Avec AFP

© Capture d'écran du compte de Twitter

Un kamikaze à moto s'est fait exploser devant un commissariat de police en Indonésie, blessant un policier, dans une attaque que les autorités ont liée à Daesh .

Cette attaque s'est produite à Solo, la ville natale du président Joko Widodo. Le chef de l'Etat y était attendu pour célébrer la fin du ramadan avec sa famille.

Les autorités sont en état d'alerte avant les célébrations de l'Aïd el-Fitr qui marquent la fin du mois du jeûne, craignant de nouvelles attaques inspirées par Daesh.

L'assaillant a réussi à franchir le poste de garde et à entrer dans la cour du commissariat de Solo, sur l'île de Java, où il a récité des versets coraniques, selon des sources policières.

Il s'est fait exploser au moment où un policier s'est opposé à lui. L'officier a été blessé à l'oeil et souffre de brûlures.

«Il a dit qu'il voulait aller à la cantine. Il a forcé le passage avec sa moto et s'est fait exploser», a dit Boy Rafli Amar, porte-parole de la police nationale, à la télévision Metro TV.

La police soupçonne l'assaillant d'être Nur Rohman, un homme qui ferait partie du réseau de Bahrun Naim, un jihadiste indonésien parti combattre dans les rangs de Daesh en Syrie.

Nur Rohman avait échappé à un coup de filet antiterroriste mené juste avant le Nouvel An par les forces de sécurité, qui avaient déclaré avoir à cette occasion déjoué plusieurs projets d'attentats.

Widodo appelé les habitants du pays musulman le plus peuplé du monde à rester vigilants.

«Nous demandons aux gens de garder leur calme, de continuer à se concentrer sur leur jeûne et de ne pas avoir peur face à de tels actes de terreur».

«J'ai ordonné à la police de traquer et de prendre le réseau lié à cette attaque kamikaze».

Lire aussi : Un jeu-vidéo de Daesh encourage les joueurs à «tirer sur Barack Obama»

L'influence grandissante de l'EI en Indonésie a été révélée par les attentats-suicides et attaques armées le 14 janvier à Jakarta. Quatre civils et quatre assaillants avaient été tués dans ces attaques revendiquées par Daesh, les premières de cette ampleur en Indonésie depuis 2009.

Plusieurs centaines d'Indonésiens se sont rendus au Proche-Orient pour rejoindre les jihadistes, faisant craindre aux autorités locales de nouveaux attentats en Indonésie à leur retour au pays.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales