Seymour Hersh dénonce les mensonges américains concernant la mort de Ben Laden

Des manifestants qui tiennent un portrait d'Oussama ben Laden Source: Reuters
Des manifestants qui tiennent un portrait d'Oussama ben Laden

Le célèbre journaliste d’investigation Seymour Hersha publié un article retentissant dans la London Review of Books où il révèle que la version américaine de la mort de Ben Laden diffère de ce qui s’est passé en réalité.

 Le point clé de son article est que  l’opération n’a pas été menée en solo par les Etats-Unis. Ce n’était pas une opération américaine secrète et risquée mais une une opération conjointe des unités de reconnaissance américaines et pakistanaises.

«La Maison-Blanche maintient toujours que la mission était une affaire cent pour cent américaine et que les généraux supérieurs de l'armée du Pakistan et de l'agence Inter-services Intelligence (ISI) n'ont pas été prévenus de l'incursion. C'est faux», écrit-il dans son article.  

Le leader d’Al-Qaïda, d’après Hersh, ne s’est pas «caché» au Pakistan, ses allées et venues ayant été bien connues des services de renseignement pakistanais. Ceux-ci auraient finalement «vendu» Ben Laden aux Etats-Unis, livrant toutes les informations nécessaires à la préparation d’une opération militaire spectaculaire à la demeure du terroriste.

Le journaliste d’investigation précise que la CIA a localisé Ben Laden grâce à la trahison d'un ancien agent haut placé du renseignement pakistanais qui aurait coûté 25 millions de dollars au Trésor américain.

Le scénario de l’opération aurait donc été le suivant : les forces américaines entrent dans la ville et abattent à bout pourtant «un homme faible et sans armes», tandis que la version américaine officielle en avait fait un vrai film d’action. La dépouille de Ben Laden n'aurait ensuite pas été jetée en mer, comme l'affirme l'administration Obama, mais enterrée au Pakistan.

La «menace Ben Laden» aurait été surestimée au moment des faits : Seymour Hersh dit que, depuis que Ben Laden résidait à Abbottabad, Pakistan, il n’avait plus grand-chose à voir avec les activités d’Al-Qaïda. Après le 11 septembre 2001, seules une ou deux attaques auraient pu être imputées à l’ex-numéro 1 d’Al-Qaïda. Les responsables du Pentagone, néanmoins, affirmaient que Ben Laden était toujours actif, et que sa capture mort ou vif était indispensable à la sécurité des Etats-Unis.

Le journaliste d'enquête Seymour Hersh Source: Reuters
Le journaliste d'enquête Seymour Hersh

La Maison Blanche sans surprise, a démenti les informations de Hersh : «Il y a trop d'inexactitudes et d'affirmations sans fondement dans cet article qui ne peuvent être confrontées une par une à des faits», a déclaré dans une formule alambiquée Ned Price, porte-parole du Conseil de sécurité nationale des Etats-Unis.

Les médias pro-américains ont versé une montagne de critiques sur le journaliste, en l’accusant de s’appuyer des sources douteuses, alors qu’Hersh a parlé à des ex-agents de reconnaissance pakistanais et américains.

Selon la version officielle, Oussama ben Laden a été tué en mai 2011 dans sa demeure aux environs de la ville pakistanaise d’Abbotabad au cours d’une opération des forces spéciales américaines. Après une série d’expertises, le corps du terroriste a été jeté dans la mer.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales