Brexit : Jean-Claude Juncker rencontrera la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon

Nicola Sturgeon Source: Reuters
Nicola Sturgeon

Lors de la conférence de presse de Jean-Claude Juncker et Donald Tusk, le président de la Commission a estimé que l’Ecosse a gagné le droit d’être entendu à Bruxelles, mais que l’UE n'a pas l'intention d’intervenir dans les affaires britanniques.

Les dirigeants de l'Union européenne se rencontraient mercredi à Bruxelles, pour la première fois sans le Royaume-Uni, sur la manière d'avancer malgré le Brexit, déterminés à afficher leur unité malgré de profondes divergences.

Les Britanniques «ont pris la décision qu'ils ont pris et ce matin, il semblerait qu'ils ne soient plus assis à cette table», a expliqué Jean-Claude Juncker, en arrivant à cette première réunion post-Brexit à 27, destinée à éviter une contagion ailleurs en Europe.

Plus tard dans la journée, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker va recevoir ce 29 juin la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon à Bruxelles, où elle est venue défendre la place de l'Ecosse dans l'Union européenne malgré le Brexit.

La rencontre aura lieu à la Commission à 17h (15h GMT), a indiqué la porte-parole de la Commission européenne, Margaritis Schinas, sur Twitter. Nicola Sturgeon doit également rencontrer en début de journée le président du Parlement européen, Martin Schulz.

Le 23 juin, 52 % des Britanniques ont voté pour la sortie de leur pays de l’UE. Cependant, les Ecossais et les Irlandais du nord, à la différence des Anglais ont majoritairement voté contre. Juste après le vote, la représentante écossaise Nicola Sturgeon a exprimé la volonté de rester au sein de l'UE, promettant que son gouvernement engagerait immédiatement des négociations avec Bruxelles pour protéger la position de son pays .

Elle a aussi indiqué qu’Edimbourg ferait tout pour rester dans l’UE, y compris organiser un second référendum sur l’indépendance du pays, deux ans après celui de 2014, qui s’était soldé par un maintien de l'Ecosse dans le Royaume-Uni.

Lundi 27 juin, Plaid Cymru, le parti indépendantiste gallois, a annoncé qu'il souhaitait imiter l'Ecosse et prendre son indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni afin de rester dans l'UE. Leane Wood, leader du parti, a déclaré que le référendum du 23 juin sur l'appartenance à l'Union européenne «changeait tout» dans les relations entre les deux nations. «Si l'Ecosse souhaite rester au sein de l'UE et choisit la voie de l'indépendance, le Royaume-Uni cessera alors d'exister», a-t-elle précisé, ajoutant : «Dans ces conditions, le pays de Galles ne peut se permettre d'être le partenaire mineur d'une union réduite avec l'Angleterre.»

Lire aussi : après l'Ecosse, le pays de Galles risque aussi de prendre son indépendance

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales