La seconde Guerre mondiale comme si vous y étiez : les principales batailles du front de l’Est en 3D

Capture d'écran, vidéo RT
Capture d'écran, vidéo RT

La mémoire des horreurs de la Seconde Guerre mondiale, pour la plupart d’entre nous, est représentée par des images fanées qui font un écho à un passé lointain. La chaîne RT, en reconstituant les combats en 3D, a transcendé le temps écoulé depuis.

Les batailles les plus meurtrières et féroces de la Grande Guerre patriotique (nom donné au front oriental en Russie) ont aussi déterminé le sort du conflit mondial opposant les forces de l’Axe aux Alliés.

Leurs dés étaient jetés, mais ils ne se sont jamais rendus : encerclés et coupés de tout soutien à l’aune de la Blitzkrieg lâchée par Hitler en juin 1941 sur l’Union soviétique, les 10 000 défenseurs de la forteresse de Brest ont tenu plus d’une semaine sous d’intenses bombardements. Le sort tragique et la défense courageuse de la forteresse soviétique de Brest en Biélorussie a été érigée en légende.

La bataille de Moscou, de l’automne 1941 au début de l’année 1942, marqua la première défaite de la machine de guerre nazie sur le champ de bataille. Les défenseurs soviétiques ont perdu un peu moins d’un million de personnes au cours de la bataille, tandis que l’armée allemande a perdu un million et demi de soldats, tués ou blessés.

Considérée comme la plus grande confrontation de l’histoire de l’humanité et l’une des plus sanglantes, la bataille de Stalingrad (1942-43) a duré 6 mois. Elle a inversé la tendance de la Seconde Guerre mondiale et transformé la ville en un tas de décombres. On estime que l’espérance de vie moyenne d’un soldat dans cet horrible hachoir était de 24 heures. 

Les troupes soviétiques y ont perdu plus de 1,1 million soldats toutes nationalités confondues, les forces armées nazie et leurs collaborateurs européens y ont 1,5 million d’hommes. Malgré le prix amer, Hitler exclut toute possibilité de capitulation de la part de l’armée allemande encerclée. A la fin de la bataille, les soldats restants de la Wehrmacht ont été capturés vivants grâce à l’acte d’insubordination d’un feld-maréchal allemand.

La bataille de Koursk est connue comme le plus grand affrontement de chars de l’histoire : plus de 8 000 mille véhicules armés, 5 000 avions et près de 3 millions de soldats combattaient de deux côtés près de la ville à 500 kilomètres au sud-ouest de Moscou. 

Si Stalingrad a été le premier grand triomphe des Alliés dans la guerre, envoyant des vagues d’espoir à travers toute la planète, c’est dans les 49 batailles qui ont suivi celle de Koursk que l’armée soviétique a commencé à bénéficier d’une plate-forme permettant de lancer une contre-offensive contre Hitler.

La bataille de Berlin constitue la dernière offensive de la Seconde Guerre mondiale, 3,5 millions d’hommes s’y sont battus pendant deux semaines. Barricadé dans son bunker, Adolf Hitler savait que sa mort était imminente, mais a condamné des centaines de milliers de ses compatriotes au même sort en leur ordonnant de continuer le combat alors que plus d’un million de soldats soviétiques encerclaient la capitale allemande. Ses généraux n’ont osé capituler qu’après son suicide. Les Actes de capitulation du Troisième Reich sont entrés en vigueur le 8 mai à 23h01 en Europe occidentale, soit le 9 mai à 1h01 à Moscou, ce qui a entraîné la proclamation du 9 mai comme Jour de la Victoire en URSS. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales