Pour les médias ukrainiens, la France entrave la prolongation des sanctions contre la Russie

Source: Reuters

L’Union européenne reporte la prolongation des sanctions antirusses à cause de la France, a fait savoir l’agence d’information ukrainienne Ukrinform, faisant référence à des sources diplomatiques à Bruxelles.

Selon l’agence, les Pays-Bas, qui détiennent à l’heure actuelle la présidence tournante de l’Union européenne (UE), ont insisté pour que la décision concernant la prolongation des sanctions contre la Russie soit validée par le Conseil de l’UE le 24 juin. Cependant l’examen de cette question a été reporté.

«Cette question n’est pas à l’ordre du jour car il n’est pas certain que le gouvernement français réussisse à temps à s’accorder avec son parlement sur ce point», a indiqué la source.

Bien que tous les représentants permanents de l’UE aient approuvé la prolongation des sanctions contre la Russie, la France, le Royaume-Uni et la Suède ont recouru à la procédure appelée «réserve parlementaire» qui suppose dans un premier temps une coordination avec le parlement national.

Selon Ukrinform, cette procédure est, pour Londres et Stockholm, formelle et se terminera vers la fin de la semaine. Dans le cas de la France, la problématique est différente car début juin, le Sénat français a adopté à 302 voix contre 16 une résolution appelant à restreindre progressivement le régime des sanctions, favorisant ainsi un retour au dialogue avec la Russie.

Les ambassadeurs des 28 pays membres de l'Union européenne ont approuvé le 21 juin la prolongation, pour six mois, des lourdes sanctions économiques décrétées contre la Russie à l'été 2014 pour son implication présumée dans le conflit ukrainien. Pourtant, il avait été plus tôt annoncé que certains pays (l'Italie, la Hongrie, la Grèce ou encore Chypre) semblaient en faveur de l’atténuation ou de la levée de ces sanctions.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales