Turquie : fermeture d'une des dernières chaînes de télévision d'opposition

Capture d'écran d'un tweet de la chaîne Can Erzinan
Capture d'écran d'un tweet de la chaîne Can Erzinan

La chaîne Can Erzinan, une des dernières chaînes d'opposition du paysage télévisuel turc va devoir fermer ses portes d'ici près d'un mois. L'entreprise a vu son contrat rompu avec la société du satellite Turksat.

La répression contre les médias d'opposition n'en finit plus en Turquie. Can Erzincan TV est une des chaînes d'opposition les plus regardées dans le pays mais devra fermer d'ici un mois, le 16 juillet prochain. Un courrier a été envoyé au siège de la chaîne dans lequel l'unique opérateur satellitaire de Turquie stipule rompre le contrat qui le liait avec cette chaîne de façon unilatérale, dans un mois, révèle Zaman France.

L'opérateur Turksat justifie sa décision en indiquant s'appuyer sur le dossier d'un juge qui accuse Can Erzincan d'être un organe de presse qui «menace l'unité du pays et soutient le terrorisme».

«Ils n'ont pas les compétences pour rédiger une telle lettre»

L'instance compétente pour prendre ce type de décision est pourtant le seul Haut Conseil de la Radio et de la Télévision (RTÜK) en Turquie. «Ils n'ont pas les compétences pour rédiger une telle lettre. C'est au Haut Conseil de se prononcer. Nous n'avons pas mentionné ce sujet au sein du conseil», a déclaré un membre de l'institution, Esat Ciplak, contacté par la presse turque.

Can Erzincan TV est au départ une petite chaîne de télévision qui a considérablement grandi en accueillant l'équipe d'une concurrente, Bugün TV, fermée en octobre 2015 par le gouvernement en raison de ses prises de position politiques. Depuis, devenant progressivement un des seuls médias d'opposition à évoquer la répression du pouvoir, les téléspectateurs sont été de plus en plus nombreux à suivre ses programmes.

Le groupe Dogan, propriétaire de la chaîne Can Erzincan TV avait pourtant tenté d'échapper aux foudres du gouvernement et aux ennuis fiscaux en licenciant au sein de la chaîne des personnalités dérangeantes aux yeux des autorités.

Lire aussi : Les autorités turques ferment le journal Zaman deux mois après son acquisition par l’Etat

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales