Vers un passeport commun aux 54 pays africains ?

La présidente de la Commission de l'Union africaine Nkosazana Dlamini Zuma et le chef d'Etat du Zimbabwe, ancien président en exercice de l'institution, Robert Mugabe Source: AFP
La présidente de la Commission de l'Union africaine Nkosazana Dlamini Zuma et le chef d'Etat du Zimbabwe, ancien président en exercice de l'institution, Robert Mugabe

L'Union africaine a annoncé le lancement d'un passeport commun aux 54 pays africains à l'occasion du prochain sommet de l'organisation du 10 au 18 juillet à Kigali, au Rwanda. Son obtention sera au début limitée aux plus hauts dignitaires des Etats.

Ce passeport électronique doit être réservé aux chefs d'Etat et de gouvernement, aux ministres des Affaires étrangères et aux représentants permanents des Etats membres de l'UA basée au siège de l'institution panafricaine à Addis-Abeba, en Ethiopie, au moment de son lancement.

La présidente de la Commission l'Union africaine (UA), la sud-africaine Nkosazana Dlamini Zuma, a qualifié cette initiative d'«étape importante vers l'objectif de créer une Afrique forte, prospère et intégrée, emmené par ses propres citoyens et capable de prendre toute sa place sur la scène mondiale».

Alors qu'il est souvent plus facile pour les africains de voyager en dehors du continent que de ce rendre dans certains pays voisins, l'UA a mis en place l'année dernière l'Agenda 2063, destiné à organiser la libéralisation des biens et des personnes en Afrique. Il est prévu dans ce cadre la mise en place d'un passeport électronique commun aux pays africains d'ici 2025.

Lire aussi : Procès de l'ex-président tchadien Hissène Habré : des réactions unanimes de satisfaction

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales