L'Union africaine adopte une proposition pour un retrait des pays africains de la CPI

L'Union africaine adopte une proposition pour un retrait des pays africains de la CPI
Le siège de la CPI à La Haye aux Pays-Bas

Le président kényan, Uhuru Kenyatta, a déposé une proposition adoptée par les pays membres de l'Union africaine le 31 janvier pour un retrait collectif des pays africains de la Cour pénale internationale (CPI).

Le 26ème sommet de l'institution panafricaine s'est clôt le 31 janvier, dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, par cette annonce retentissante. Les différents pays membres doivent maintenant préparer une feuille de route qui doit aboutir au désengagement des pays africains de la Cour pénale internationale mise en place le 17 juillet 1998 par la signature du Statut de Rome.

Le président de l'Union africaine (UA), nouvellement élu pour l'année 2016, le tchadien Idriss Déby Itno, a indiqué que c'est parce qu'ils ont le sentiment que cette juridiction internationale de s'attaque qu'à des pays africains, que cette procédure a vu le jour.

La CPI n'a jugé que des Africains

A l'heure actuelle, effectivement, la CPI n'a jugé que des dirigeants ou des personnalités africaines. Cette nouvelle intervient alors que le procès du premier ancien chef d'Etat, l'ivoirien Laurent Gbagbo, vient de débuter, le 28 janvier dernier à La Haye, aux Pays-Bas, où siège la CPI. Depuis son arrestation en 2011, ses partisans critiquent une justice des vainqueurs en Côte d'Ivoire, instrumentalisée par les Occidentaux. Il est jugé pour les crimes de la crise post électorale de 2010-2011 qui ont fait plus de 3 000 morts.

Le retrait de la CPI est une question régulièrement évoquée par les dirigeants africains. Le président kényan, Uhuru Kenyatta, et son vice-président, William Ruto, ont été poursuivis par l'institution internationale pour leurs responsabilités présumées dans les violences consécutives aux élections générales de 2007 avant que l'abandon des poursuites les concernant.

En septembre dernier, l'Afrique du Sud avait également menacé de quitter l'institution internationale après avoir été sommée de s'expliquer sur la visite d'Omar el-Béchir à Pretoria, au mois de juin 2015, pour un sommet de l'UA sans qu'il ne soit arrêté alors qu'il était et fait toujours l'objet d'un mandat d'arrêt de la CPI. Les Etats-Unis, Israël, la Russie, la Chine et notamment le Soudan n'ont pas ratifié le Statut de Rome.

Lire aussi : La CPI refuse à l’Ukraine le droit d’ouvrir une enquête sur le rattachement de la Crimée à la Russie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»