Les atrocités sexuelles de Daesh en détails dans un rapport de l’ONU

Les femmes de la minorité de Yazidi qui ont survécu la violence de Daesh Source: Reuters
Les femmes de la minorité de Yazidi qui ont survécu la violence de Daesh

Les partisans de Daesh achètent des enfants et des adolescents comme esclaves sexuels, les forcent à se marier et, le cas échéant, à passer des opérations de reconsitution de virginité, a révélé un rapport de l'ONU sur l'organisation terroriste.

Si on en croit le rapport, un certain nombre de jeunes filles d’Irak et de Syrie auraient été déshabillées, vendues et forcées de subir une dizaine d’opérations de reconstitution de leur virginité.

«Les filles sont littéralement déshabillées et examinées dans les marchés d’esclaves [par les combattants de Daesh]» , a précisé Zainab Bangura, représentante spéciale du Secrétaire général sur la violence sexuelle dans les conflits armés.

Zainab Bangura a survolé le Moyen-Orient entre le 16 avril et le 29 avril et rencontré différentes victimes de viols dans le cadre des conflits armés. La représentante s’est arrêtée en Syrie, en Irak, en Turquie, au Liban et en Jordanie. Bangura s'est entretenue avec des réfugiées et d'autres femmes en fuite qui ont été agressées sexuellement par les djihadistes.

Les femmes de la minorité de Yazidi qui ont survécu la violence de Daesh Source: Reuters
Les femmes de la minorité de Yazidi qui ont survécu la violence de Daesh

Les femmes et les enfants sont traitées comme du bétail, a-t-elle raconté. Ils sont «catégorisés, déshabillés et envoyés à Dahuk, Mossoul ou dans d’autres villes pour être répartis entre les dirigeants et les combattants de Daesh».

Une des femmes évoquées dans le rapport a été mariée de force plus de vingt fois et a dû subir une opération de reconstitution d’hymen après chaque séparation.

«Les femmes et les jeunes filles [exposées aux djihadistes] sont en danger et sujettes aux abus à chaque instant de leur vie», a dit Bangura, ajoutant que les mauvais traitements envers les femmes sont encouragés par la doctrine djihadiste.

«Daesh a institutionnalisé la violence sexuelle et la brutalisation des femmes, en faisant un aspect central de son idéologie et de son mode opératoire basé sur la terreur pour atteindre ses objectifs clés».

«L’horreur et la violence ont suivi les jeunes filles à chaque carrefour : au coeur du conflit, dans les régions sous le contrôle de telle ou telle formation armée, aux postes de contrôle et au passage des frontières, sans oublier les lieux de détention», a ajouté Bangura.

Le trafic sexuel, le proxénétisme et les rançons, selon la responsable onusienne, sont des sources de revenu pour l’organisation. 

Les femmes de la minorité de Yazidi qui ont survécu la violence de Daesh Source: Reuters
Les femmes de la minorité de Yazidi qui ont survécu la violence de Daesh

La violence sexuelle est utilisée par Daesh comme tactique de punition, d’humiliation et de démoralisation de la population locale afin d’obtenir plus facilement des informations et de procéder des déplacements forcés.

Les enfants victimes de viols et d’autres atrocités deviendraient en conséquence une «génération d’enfants apatrides» vulnérable aux tactiques de recrutement de Daesh.

Des jeunes filles enceintes à l’âge de neuf ans, selon le rapport, auraient été avortées de force.

Beaucoup de victimes proviennent de la minorité religieuse yazidi en Irak. Environ 40 000 d’entre eux auraient été enlevés par les combattants de Daesh en août dernier. Les autres minorités sont en péril y compris les chrétiens, les turcs irakiens et les Shabaks.

Une vidéo apparue sur Youtube en novembre dernier montre des combattants de Daesh riant et se moquant tandis qu'ils achètent des esclaves yazidi.

La plupart des femmes interrogées ont honte et se sentent incapables de retrouver une vie normale après avoir été agressées d'une manière aussi brutale et humiliante.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales