Etats-Unis: violée en prison par un gardien une femme reçoit un sandwich plutôt qu’une aide médicale

Etats-Unis: violée en prison par un gardien une femme reçoit un sandwich plutôt qu’une aide médicale© Carlo Allegri Source: Reuters

Après avoir été brutalement violée dans sa cellule par un gardien de la prison où elle était détenue, une jeune femme a demandé de l’aide. L’administration lui a simplement donné un taco, lui conseillant d’oublier ce qui s’était passé.

L'affaire remonte à deux ans, mais le rapport des faits vient tout juste d'apparaître.

Le 29 mai 2014, une femme a été conduite dans la prison de la ville de McAllen au Texas pour avoir violé sa liberté conditionnelle.

C'est là que, dans la nuit, un gardien de 24 ans s’est faufilé dans sa cellule et a sexuellement abusé d’elle durant plusieurs heures.

Selon un rapport de la plainte déposée par la jeune-femme, le gardien de 24 ans «a abusé sexuellement de la jeune femme toute la nuit en introduisant divers objets dans son corps».

Chose tout à fait incroyable, les cellules étant pourvues de vidéo-surveillance, l'homme a été partiellement filmé tandis qu'il abusait de sa victime.

Après que la jeune-femme a déposé plainte, le violeur a été immédiatement démis de ses fonctions et condamné à une peine de 210 jours de prison après avoir plaidé coupable.

Mais le plus effarant vient après : lors de son procès, la victime a expliqué au tribunal que la direction de la prison, qui avait visionné les images et pris sa déposition, avait refusé de la rediriger vers un service d'aide médicale d'urgence.

Pour toute réponse, le lieutenant Ramon Gonzalez lui a «offert un taco et l'a renvoyé dans sa cellule, accompagnée par une autre gardienne, Elizabeth Garza qui lui a fortement conseillé d'oublier ce qui s'était passé».

Bien qu'aucune agence gouvernementale américaine n'ait publié de chiffres officiels quant aux agressions sexuelles commises contre des détenus en prison ou en garde à vue, une étude réalisée par le think tank américain libértarien Cato Institute a révélé que 9,3% des plaintes déposées à l'encontre des policiers avaient un caractère sexuel, comme rapporté par Truthout.org.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»