Par sécurité, le défenseur de l’équipe allemande interdit à sa famille d’assister à l’Euro 2016

Source: Reuters

Le défenseur allemand Jerôme Boateng, qui jouait un match amical au Stade de France lors des attentats du 13 novembre à Paris, ne permettra pas à sa famille de voyager avec lui lors de l’Euro 2016 par peur de nouvelles attaques.

«Ma famille et mes enfants ne viendront pas au stade. Le risque est pour moi tout simplement trop important», a-t-il expliqué aux journalistes de l'hebdomadaire allemand Sport Bild.

L’équipe allemande affrontera la Pologne le 16 juin,pour le deuxième match de la Mannschaft dans le groupe C de l'Euro 2016. La rencontre aura lieu dans le même stade où l’équipe allemande jouait contre les Bleus le 13 novembre 2015, quand trois kamikazes se sont fait exploser dans les environs. Dans cet attentat, au moins une personne avait été tuée et plusieurs dizaines blessés.

«C'est bien sûr dommage qu'on soit confronté à une telle question. Mais ces derniers temps, trop de choses qui font réfléchir se sont passées. En ce qui me concerne, durant l'Euro, je veux me concentrer uniquement sur le football et je me sens tout simplement mieux si ma famille n'est pas au stade», a conclu le défenseur du Bayern de Munich.

L’Euro de football 2016 aura lieu du 10 juin au 10 juillet en France et se déroulera sous des conditions de «sécurité maximale»,  si l’on en croit les promesses du président de la République. Dès le lancement du championnat, des renforts de 3 000 policiers seront déployés dans la capitale en sus des 10 0000 déjà présents en Ile-de-France. Sur l'ensemble du territoire français, plus de 45 000 policiers et 30 000 gendarmes seront mobilisés pour assurer la sécurité des millions de supporteurs pendant un mois.

«Les fan zones seront des sites nécessairement clos, vidéo-protégés et aux accès contrôlés de sorte que tout spectateur y pénétrant aura préalablement fait l’objet de palpations de sécurité et d’une inspection visuelle des effets transportés», a assuré Bernard Cazeneuve, le 25 mai dernier.

De plus, le 8 juin, le gouvernement français a lancé une application gratuite pour tous les plateformes, nommé le Système d'alerte et d'information des populations (SAIP) qui permet d’être alerté, via notification sur un smartphone, en cas de suspicion d’attentat ou d’événement exceptionnel susceptible de résulter d'un attentat.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales