Un massacre terroriste évité de justesse à Düsseldorf

Après la France et la Belgique, Daesh a bien failli frapper l'Allemagne. Source: Reuters
Après la France et la Belgique, Daesh a bien failli frapper l'Allemagne.

De nouveaux détails concernant la planification d’une attaque contre la grande ville allemande par des djihadistes venus de Syrie ont été révélés jeudi 2 juin. L’enquête a duré des mois. Tout aurait démarré en France.

Une cellule djihadiste dormante prête à frapper au cœur de l’Europe. Le macabre scénario se répète. Mais il est toujours aussi terrifiant. Cette fois, c’est l’Allemagne et la ville de Düsseldorf qui étaient visées. Tout a commencé lorsque Saleh A., citoyen syrien, s’est rendu aux autorités françaises le 1er février. Il a alors révélé aux enquêteurs que ses complices s’apprêtaient à frapper. Jeudi 2 juin, Hamza C., Mahood B. et Abd Arahman A. K., ont été arrêtés par la police allemande dans le land du Baden-Württemberg. Il a fallu quatre mois aux autorités pour construire le dossier qui a mené à appréhender les suspects.

Tout part de France

Lorsque Saleh A. se rend à la police française, ils donnent aux autorités des informations sur «une cellule dormante de l’Etat islamique» qui a pour objectif de «frapper l’Allemagne». Commencent plusieurs interrogatoires par des experts de l’anti-terrorisme et une longue enquête germano-française.

Du côté de l’Allemagne, les enquêteurs se mettent au travail et, durant quatre long mois, ils amassent les preuves qui conduiront aux arrestations. Selon les autorités allemandes, deux des terroristes présumés voulaient se faire exploser sur une route au trafic chargé du centre-ville de Düsseldorf. Le troisième était chargé de cibler la foule à l’aide d’armes à feu et d’explosifs.

L’un des suspects avait fait une demande d’asile en Allemagne après s’être fait enregistrer en tant que réfugié dans la ville est-allemande de Bliesdorf en septembre dernier. Beaucoup de voix s’élèvent en Allemagne pour dénoncer le risque que des terroristes se cachent parmi le flot de réfugiés qui rejoint le pays. Rainer Wendt, patron du syndicat des policiers allemands, a d’ores et déjà appelé à ne pas céder à l’amalgame. «On doit lutter contre cela», a-t-il déclaré.

Parcours classique du djihadiste

D’après les informations du parquet allemand, Salah A. et Hamza C. ont rejoint la Syrie et Daesh au printemps 2014. C’est lors de leur séjour dans le califat qu’ils auraient reçu l’ordre de commettre des attentats à Düsseldorf. Après un passage en Turquie au mois de mai 2014, ils ont continué leurs routes séparément à travers la Grèce pour rejoindre l’Allemagne.

Arrivés dans le pays en juillet dernier, ils ont été rejoint par Mahood B. en janvier 2016. Abd Arahman A. K. a été la dernière recrue de la cellule terroriste. Ce dernier était chargé de mettre au point des vestes explosives. L’homme serait expert en la matière. Il aurait notamment fait profiter le Front al-Nosra de ses services.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales