Somalie : au moins dix morts dans l'attaque contre l'Hôtel Ambassador à Mogadiscio

Capture d'écran Twitter de l'attentat de Mogadiscio
Capture d'écran Twitter de l'attentat de Mogadiscio

L'organisation djihadiste Al-Shabaab a revendiqué l'attentat ce 1er juin à l'Hôtel Ambassador, à Mogadiscio après une attaque à la voiture piégée qui a fait au moins dix morts.

«D’après nos informations, 10 personnes, des piétons et des passagers [de véhicules circulant à proximité du lieu de l'attentat] pour la plupart, sont morts, plus d’une dizaine de personnes ont été blessées», a confié à Reuters un policier local, Ibrahim Hassan, en ajoutant que le bilan pourrait s’alourdir.

La voiture bourrée d'explosif a percuté l'entrée de l'établissement hôtelier.

Le groupe djihadiste Al Shabaab a revendiqué cet assaut sur un de ses sites internet. Un attentat qui visait "les infidèles et les apostats".

Selon un journaliste local qui indique tenir ses informations de témoins sur place, les assaillants ont pris le contrôle des étages supérieurs de l'hôtel et tirent à vue sur les personnes présentes. L'Agence national de renseigement et de sécurité somalienne (NISA) fait état de trois assaillants dont un aurait été tué à la porte de l'hôtel.

Près de dix personnes ont été sauvées dans l'hôtel par les forces de sécurité somaliennes arrivées sur place tandis que trois étages de l'établissement sont déjà sécurisés, rapporte la même source. Il reste actuellement aux forces de sécurité à prendre le contrôle d'un dernier étage.

A 19h, heure française, des témoins signalaient que des échanges de tirs continuaient.

Peu de temps après un journaliste présent sur place annonce sur Twitter qu'un des assaillants aurait enclenché sa ceinture d'explosifs à l'intérieur de l'hôtel. 

Vers 20h, les autorités somaliennes ont avancé un premier bilan qui fait état d'au moins 10 morts. Parmi eux, deux députés du pays.

Un grand nuage de fumée s'est élevé de l'établissement juste après l'explosion, visible depuis plusieurs centaines de mètres à la ronde.

Un membre du parlement somalien, Abdulkadir Hashi, a immédiatement réagi sur Twitter en indiquant qu'il priait pour ses amis.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales