Répression de la liberté d’expression : l’ex-Miss Turquie accusée d'avoir insulté Erdogan

Merve Buyuksarac Source: Reuters
Merve Buyuksarac

Miss Turquie 2006 a été reconnue coupable pour avoir diffusé un poème critique envers le président turc. C’est la dernière de l’une des 2 000 procédures engagées en deux ans en vertu de la loi qui interdit de porter atteinte à l'image le chef d’Etat.

La Cour d’Istanbul a condamné Merve Buyuksarac, 27 ans, à une peine de 14 mois de réclusion avec sursis pour «insultes publiques» au président turc Recep Tayyip Erdogan. Avec sursis... à condition qu’elle ne récidive pas dans les cinq ans à venir.

L’affaire concernait un poème satirique qu’elle a reposté sur son compte Instagram en 2014. Ce «Poème du maître», adaptation de l’hymne national turc, contenait des critiques envers Recep Tayyip Erdogan, qui a été Premier ministre pendant plus d’une décennie avant de devenir président et a été souvent nommé «Buyuk Usta» (Grand maître). Le poème ne mentionne pas Erdogan nommément mais fait allusion à un scandale de corruption qui impliquerait sa famille.

Lors des audiences, l’avocat du président, Hatice Ozay, a souligné que la publication de Merve Buyuksarac avait dépassé «les limites de la critique» et était bel et bien «une attaque» personnelle envers Erdogan.

L’ex-Miss Turquie a été brièvement arrêtée après la diffusion d’une image du texte de ce poème, puis libérée, ayant démenti avoir insulté le président turc.

Cette loi a été très souvent utilisée récemment pour faire taire les critiques de la politique d’Erdogan. Depuis qu’il est devenu président en 2014, il a engagé environ 2 000 procédures contre des journalistes, des académiciens, des politiciens, des comédiens et, désormais, des mannequins.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales