Afghanistan : les Talibans nomment leur nouveau chef, le mollah Haibatullah Akhundzada

Le véhicule à bord duquel se trouvait le Mollah Mansour, frappé par un drone le 21 mai 2016 à Ahmad Wal Source: Reuters
Le véhicule à bord duquel se trouvait le Mollah Mansour, frappé par un drone le 21 mai 2016 à Ahmad Wal

Ce mercredi 25 mai, le mollah Haibatullah Akhundzada a pris la succession du mollah Mansour, tué par des drones américains au Pakistan.

Les Talibans afghans ont annoncé dans un communiqué la nomination du mollah Haibatullah Akhundzada comme nouveau chef pour succéder au mollah Mansour - dont ils ont confirmé la mort.

«Le mollah Akhtar Mansour est tombé en martyr dans un tir de drone américain», ont indiqué les insurgés islamistes dans le texte, publié sur l'internet. Le mollah Haibatullah Akhundzada, jusque-là adjoint de Mansour, «a été nommé nouveau chef de l'Emirat islamique [des Talibans], à la suite de la décision unanime de la choura», leur conseil suprême.

Le mollah Mansour a été abattu samedi 21 mai dans plusieurs frappes de drones américaines alors qu’il se trouvait dans un véhicule sur une route du Baloutchistan, au sud-ouest de la ville d'Ahmad Wal, dans l'ouest du Pakistan. La mission avait été autorisée par le président américain Barack Obama et réalisée par les forces d’opérations spéciales américaines. 

Le président américain, qui a confirmé la mort de Mansour le lundi 23 mai, a estimé que l'opération était «une étape importante dans notre effort au long cours pour ramener paix et prospérité en Afghanistan».

Ce raid américain a particulièrement déplu aux autorités d'Islamabad, qui n'ont été informées de l'opération qu'après l’exécution de celle-ci et la mort du mollah Mansour. Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères pakistanais a qualifié la frappe de drones de «violation de la souveraineté [du Pakistan], une question qui a déjà été évoquée avec les Etats-Unis par le passé». 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales