Vol en plein jour : un savant brésilien a perdu toutes ses recherches pour lutter contre Zika

Selon le journal Estado de São Paulo, l’ordinateur d'Amilcar Tanuri avec les dernières données sur le remède contre le virus Zika qu'il développait a été volé à l’aéroport de Rio. Malheureusement pour lui, il n'avait pas fait de copie de sauvegarde.

Tandis que le virus Zika s'est propagé en Afrique, en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, en Asie et même en Europe, les populations à risque s'inquiètent. L’ordinateur d'un scientifique brésilien, qui contenait ses travaux de recherches pour mettre au point un potentiel médicament contre la maladie qui provoque la micro-encéphalie du foetus des femmes enceintes, lui a été dérobé à l'aéroport de Rio-de-Janeiro. Il faut savoir que le Brésil est le pays le plus touché par Zika avec plus d'1,5 million de cas.

Tous s’est passé en quelques secondes. Amilcar Tanuri attendait un taxi à l’aéroport de Santos Dumont et parlait au téléphone. Il n’a pas pensé à surveiller sont ordinateur qui lui a été dérobé alors qu'il était en pleine conversation téléphonique. Déprimé, il s’est adressé à la sécurité de l’aéroport, mais malheureusement les caméras de surveillance ne fonctionnaient pas à cause de coupures d'électricité.

Une dame a déclaré, qu’elle avait vu deux hommes se diriger vers une voiture après s'être emparés du bien d’Amilcar Tanuri, mais elle n'a pas pu retenir le numéro de plaques du véhicule.

Le scientifique est d'avis que ses voleurs ne connaissent pas la valeur des données contenues dans son ordinateur portable. Sa sœur a lancé un appel aux voleurs sur les réseaux sociaux en leur demandant de rendre l'ordinateur, mais jusqu'à présent, il est resté lettre morte.

Mais le monde du scientifique ne s'est pas écroulé pour autant car il affirme qu'il lui faudrait à peu près dix jours pour reproduire ses travaux. 

Son médicament pourrait devenir l’unique chance de guérir de cette maladie infectieuse, qui peut provoquer une microcéphalie chez le fœtus d'une femme enceinte et augmenter le risque de syndrome de Guillain-Barré chez les malades.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales