Bruxelles : la manifestation dégénère en tirs de gaz lacrymogènes et jets de projectiles (VIDEO)

La police a fait usage mardi 24 mai de canons à eau contre une centaine de casseurs venus perturber la fin d'une manifestation à Bruxelles contre un projet de modification de la législation sur le travail du gouvernement de droite

Le cortège d'environ 60 000 personnes, selon la police, se dissolvait près de la gare du Midi à Bruxelles lorsqu'une centaine de casseurs, dont certains se cachaient le visage à l'aide d'un foulard ou d'un masque à gaz, ont commencé à lancer des projectiles contre la police qui a répliqué à l'aide de canons à eau et de gaz lacrymogènes. Cette «manifestation nationale» était organisée à l'appel des syndicats contre la modification de la législation sur le travail.

La police a procédé à plusieurs interpellations de manifestants.

Au moins un policier a été griévement blessé dans les affrontements.

Ces manifestants ont débarqué de Flandre, dans le nord de la Belgique et de Wallonie pour prendre part à cette manifestation, qui doit marquer la première étape d'une série d'actions contre le gouvernement de droite qui s'égrèneront jusqu'à l'automne, selon les syndicats.

Les responsables syndicaux fustigent une réforme du ministre de l'Emploi Kris Peeters prévoyant «l'annualisation» du temps de travail, avec la possibilité pour les employeurs d'imposer des semaines de 45 heures suivies de périodes à horaires allégés.

Les manifestants, qui lançaient de nombreux pétards, ont traversé la capitale belge par les grands boulevards pour se diriger vers la gare du Midi, où la dissolution est prévue en milieu d'après-midi.

La Belgique est dirigée depuis octobre 2014 par une coalition de quatre partis de droite, trois néerlandophones (dont le parti nationaliste flamand N-VA) et un francophone, la formation libérale Mouvement réformateur (MR) du Premier ministre Charles Michel.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales