Bis repetita ? Le Conseil de Lombardie étudiera la question de la reconnaissance de la Crimée russe

Le parti Ligue du Nord soumettra à l’examen du Conseil de la région du nord de l’Italie une résolution demandant la reconnaissance du statut actuel de la Crimée, a notifié à RIA Novosti le secrétaire du parti et député Paolo Grimoldi.

Ce projet de résolution sera présenté devant le Conseil régional au début du mois de juin, a-t-il précisé à l’agence de presse russe. «Nous sommes optimistes et espérons qu'il sera approuvé.»

Le document appelle la giunta régionale (organe exécutif en Italie) à coopérer avec le gouvernement en l'exhortant à «reconnaître officiellement la Crimée en tant que partie de la Russie», reconnaissant ainsi le choix du parlement et du peuple criméens lors du référendum en 2014.

La Ligue du Nord a également l’intention d’appeler le gouvernement à lever les sanctions antirusses. «A quoi ont servi ces sanctions ? Personne n’en a besoin et elles ne font que plomber notre économie», a conclu l’homme politique.

L’annonce intervient peu de jours après que le Conseil régional d’une autre région italienne s’est prononcé à ce sujet. En effet, le 18 mai, la région de Vénétie a approuvé par 27 députés contre neuf, une résolution reconnaissant la Crimée comme partie intégrante de la Russie et appelant le gouvernement italien et l’UE à lever les sanctions antirusses imposées en conséquence de la crise en Ukraine.

A la fin du mois d’avril, les députés français ont pris une décision similaire en faveur de la levée du régime de sanctions imposé à la Russie.

Les sanctions contre Moscou ont été décidées au printemps 2014 sur fond de dégradation de la situation à l’Est de l’Ukraine et de rattachement de la Crimée à la Russie après référendum. Les restrictions ont été soutenues notamment par les Etats-Unis et les pays membres de l’Union européenne. En réponse, Moscou a dressé sa propre liste de sanctions qui restreignent toujours l’importation de produits agricoles américains, européens, canadiens, australiens et norvégiens.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales