Mesures radicales contre des violeurs d’enfants en Indonésie : puces électroniques et castration

Une puce sous cutanée peut-être apeçue sous la peau Source: Reuters
Une puce sous cutanée peut-être apeçue sous la peau

Conformément à une nouvelle loi, les autorités indonésiennes équiperont de puces électroniques les violeurs d’enfants reconnus coupables afin qu'ils puissent être surveillés en permanence. Leur castration chimique est également prévue.

«La puce électronique sera installée avant la sortie de prison des criminels, elle est nécessaire pour les surveiller et les localiser une fois qu’ils sont libérés. Le décret pourrait être signé dans les jours à venir. La castration chimique et des peines de prison plus sévères figurent également parmi les nouvelles mesures qui pourront être introduites», a déclaré Asrorun Niam Sholeh, chef du groupe des droits des enfants de la Commission nationale de la protection des enfants et qui a été impliqué dans la rédaction de la nouvelle loi.

La mise en œuvre de ces mesures intervient après le viol collectif d'une jeune fille de 14 ans, par la suite sauvagement assassinée, à Sumatra au mois d’avril dernier. Elle a obtenu l’aval du président indonésien, Joko Widodo.

Lire aussi : L’Inde sous le choc après le viol de deux petites filles de deux et cinq ans

A l’heure actuelle, la peine de prison maximale pour les violeurs d’enfants est de 15 ans.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales