Le modèle de chaussures «Israel 68» de la marque Reebok a provoqué l’ire des Palestiniens

© Reebok/Facebook

Un jour seulement après l’annonce d’un nouveau design de ses chaussures blanches et bleues portant l’inscription «Israel 68», le fabricant essaie d’y renoncer, prétextant qu’il s’agissait là d’une erreur de communication à la presse.

«Reebok préfère se distancier des chaussures qui étaient une initiative unique de l’un de nos partenaires. Nous ne soutenons pas cette initiative», a déclaré la compagnie dans un communiqué de presse le 10 mai, lendemain de l’annonce du nouveau modèle.

«Les chaussures ont été préparées par un designer indépendant et ne devraient pas être présentées sous la marque internationale de la compagnie», a fait savoir Reebok, rapporte The Jerusalem Post.

Un représentant de la compagnie a déclaré que Reebok évitait de distribuer des produits liés à un emblème national ou à un pays afin de ne pas politiser sa marque.

Dans l’annonce initiale, le PDG de Reebok Israel, Moshe Sinai, a indiqué que les chaussures «Israel 68» seraient vendues pour le Jour de l’Indépendance d’Israël dans le cadre d’une vente aux enchères sur la page Facebook de la marque et que tous les bénéfices seraient reversés à Crossfit Without Borders, une association pour les personnes souffrant de handicaps mentaux, peut-on lire dans les colonnes du Times of Israel.

Il n’en fallait pas plus pour provoquer l’ire des Palestiniens qui ont aussitôt appelé à boycotter les produits de la marque.

Lire aussi : H&M s'excuse après avoir mis en vente une écharpe ressemblant à un châle rituel juif

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales