«Propagande terroriste» : une étudiante turque arrêtée après avoir parlé kurde

L'université d'Adnan Menderes © Facebook
L'université d'Adnan Menderes

Une étudiante kurde affirme qu’elle a perdu sa bourse, qu’elle a été expulsée de son dortoir et interrogée par la police après que ses colocataires l’ont entendue parler kurde. Elles ont déposé une plainte accusant la fille de propagande terroriste.

Pinar Cetinkaya, étudiante de première année à l’Université d’Adnan Menders dans la ville d’Aydin a confié aux médias qu’elle parlait kurde au téléphone avec ses parents, parce que ces derniers ne parlent pas turc. Ses trois colocataires ont entendu la conversation, trouvé la langue suspecte et déposé une plainte accusant Pinar Cetinkaya de propagande terroriste, rapporte le quotidien turc Milliyet.

«Mes colocataires du dortoir me regardaient comme si j’étais une terroriste, parce que j’ai dû parler kurde avec ma famille. Nous avions eu des disputes auparavant…Elles ont joué avec ma vie et mon futur», déplore la jeune étudiante.

Elle a ajouté qu’elle avait un casier judiciaire vierge et qu’elle était victime d’une discrimination ethnique. «Comment pouvons-nous être sûrs que tu n’es pas une kamikaze ?», s’est-elle entendue dire. La police turque l’a arrêtée et interrogée.

Trois jours après ces événements, alors qu’elle voulait récupérer les biens qu’elle avait laissés dans le dortoir, l’étudiante s’est vue interdire de pénétrer dans les locaux, accusée de porter une veste explosive, rapporte Rudaw.

Lire aussi : Istanbul : manifestation contre le procès d’académiciens accusés de propagande terroriste

Plus tôt cette semaine, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait déclaré que certaines universités en Turquie étaient des foyers de terrorisme. «Des universités sont devenues des camps pour les organisations terroristes séparatistes. Ne tolérez pas ces organisations qui utilisent la force», a-t-il dit en recevant un doctorat honorifique de l’université de Kocaeli.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales