Pour garantir la sécurité de ses citoyens, la Pologne refuse d’accueillir davantage de réfugiés

Source: Reuters

Jaroslaw Kaczynski, président du parti Droit et justice, a déclaré que la Pologne n’accepterait plus de réfugiés malgré les menaces de la Commission européenne de lui infliger une amende. Varsovie veut privilégier la sécurité de ses citoyens.

«Après les événements récents en lien avec les actes terroristes, la Pologne n’acceptera pas de réfugiés car nous ne disposons pas de mécanisme qui pourrait assurer la sécurité», a déclaré Jaroslaw Kaczynski, le président du parti conservateur Droit et Justice vainqueur des dernières législatives, précisant qu’il s’agissait de la position du Premier ministre et de tous les membres du parti au pouvoir.

Malgré les menaces de la Commission européenne de sanctionner les pays qui n’accepteront pas de réfugiés supplémentaires par une amende énorme de 250 000 euro par réfugié, le gouvernement polonais assure qu’il vaut mieux résoudre la crise migratoire hors de l’Union.

«Imposer des réfugiés abolirait la souveraineté des membres de l’UE, notamment celle des plus faibles. Nous ne sommes pas d’accord, nous devons nous y opposer parce que nous sommes et nous serons responsables de notre propre pays», a-t-il poursuivi.

Lire aussi : La Pologne refuse d'accueillir des migrants, suite aux attentats de Bruxelles

Fin avril, la Pologne avait déjà déclaré son intention de rétablir les contrôles à ses frontières avec l’Allemagne, la Slovaquie, la République tchèque et la Lituanie du 4 juillet au 2 août 2016. Elle a invoqué la nécessité de renforcer la sécurité pour le sommet de l’OTAN et les Journées mondiales de la jeunesse qui auront lieu sur son territoire. 

En savoir plus : La Pologne veut rétablir un contrôle à ses frontières pendant tout l’été

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales