Des milliers de manifestants à Varsovie contre le gouvernement polonais, accusé d’euroscepticisme

© Kacper Pempel Source: Reuters

L'un des organisateurs n’a pas hésité à parler de «la plus grande manifestation depuis la fin du communisme» en 1989 en Pologne ; des centaines de milliers de citoyens ont battu le pavé le 7 mai pour «préserver la place de la Pologne en Europe».

Le parti conservateur Droit et Justice, arrivé au pouvoir en 2015, était la cible principale de la manifestation, où les drapeaux polonais se sont mêlés aux drapeaux européens.

Le cortège, auquel 240 000 manifestants ont participé, s’est étendu sur près de 3 kilomètres, le long du boulevard menant au palais présidentiel à Varsovie. Grzegorz Schetyna, leader du parti d’opposition libéral, Plateforme civique, a assuré dans son micro qu’il s’agissait de «la plus grande manifestation depuis que la Pologne s’est débarrassée du communisme», une information difficile à vérifier.

Les protestataires ont accusé le gouvernement de s’éloigner de l’Union européenne, à laquelle le pays a adhéré en 2004. Ils voient également d’un mauvais œil l’amélioration des relations avec la Russie.

Lire aussi : La Pologne veut rétablir un contrôle à ses frontières pendant tout l’été

La Commission européenne, de son côté, a récemment fait part de son inquiétude quant aux politiques menées par le nouveau gouvernement polonais, en particulier la réforme des médias. Le président du Sénat, Stanislaw Karczewski, avait en effet annoncé son intention de «repoloniser» le secteur audiovisuel public dans le pays, où de nombreux médias sont détenus par des capitaux étrangers, et notamment allemands.

Le gouvernement reste très soutenu

Le programme économique, penchant à gauche, de Droit et Justice, consiste en une reprise en main des institutions publiques et en une redistribution plus égale des bénéfices liés à leur exploitation. Le parti affirme aussi que la Pologne doit défendre plus fermement ses propres intérêts au sein de l’Union européenne.

Et si les manifestations d’opposition sont fréquentes, le gouvernement continue d’enregistrer un soutien très fort de la population. Selon un récent sondage évoqué par le journal britannique Daily Mail, il est ainsi crédité de 33% d’opinions positives, ce qui le place loin devant le plus gros parti d’opposition, Plateforme civique.

Ce dernier faisait partie des organisateurs du rassemblement, avec d’autres organisations pro-européennes, ainsi que le parti Moderne, dirigé par un ancien économiste de la Banque mondiale.

Kamila Gasiuk-Pihowicz, porte-parole de cette dernière formation n’a d’ailleurs pas lésiné sur les métaphores. «Seuls deux trains partent de la station historique à laquelle la Pologne se trouve. L’un est l’European Express. L’autre est la voie ferrée trans-sibérienne», a-t-elle déclaré devant les manifestants.

Lire aussi : En Pologne, des centaines de monuments soviétiques prêts à être démontés

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales