Dieudonné au Canada : les politiciens condamnent, les Québécois l'accueillent volontiers

Source: Reuters

Le maire de Montréal et la ministre canadienne de la culture et des médias condamnent l'humoriste français Dieudonné et ne voient pas d'un bon œil sa venue au Canada pour une série de spectacles. Mais le public ne semble pas du même avis.

L'arrivée imminente de l'humoriste français Dieudonné à Montréal soulève une polémique et un tollé médiatico-politique. Un éditorial du quotidien anglophone de Montréal, La Gazette, est catégorique : «Le Canada devrait simplement interdire Dieudonné sur son territoire.»

La ministre de la culture du gouvernement de Justin Trudeau, Mélanie Joly, assure que ses équipes surveillent cette visite de près. Mélanie Joly a affirmé à plusieurs reprises que «les propos discriminatoires ne sont pas tolérés» dans le pays.

Quand l'humoriste a annoncé sa venue au Québec à la mi-mai pour une douzaine de spectacles, dont dix à Montréal, la réaction du maire de la ville, Denis Coderre, ne s'est pas faite attendre. «Il incite à la haine raciale en Europe et c'est un fomenteur de tensions sociales. Il n'est pas le bienvenue à Montréal», a-t-il écrit sur Twitter, en concluant : «Dieudonné OUT.»

Les réponses du public à l'opinion tranchée du maire ne se sont pas non plus faites attendre. Quelqu'un a même évoqué la censure.

Un autre rappelle au maire qu'il n'a pas le monopole du jugement :

Une personne a même repris les mots de Coderre sur Dieudonné, pour évoquer ce qui pourrait lui arriver aux prochaines élections.

Artiste controversé, Dieudonné Mbala Mbala est accusé et condamné en France et en Europe pour apologie du terrorisme, racisme et antisémitisme. Plusieurs villes sont allées jusqu'à interdire ses spectacles. L'humoriste lui-même répond à ces accusations en disant qu'il serait plutôt «antisioniste et antisystème», et en appelle à la liberté d'expression.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales