Relocaliser Israël aux USA : la proposition d'une députée britannique fait scandale

Jeremy Corbyn, leader du Parti Travailliste Source: Reuters
Jeremy Corbyn, leader du Parti Travailliste

Une parlementaire du Parti travailliste a été suspendue par son chef, Jeremy Corbyn, pour avoir proposé de déménager Israël aux Etats-Unis afin de régler définitivement le conflit israélo-palestinien.

Naz Shah, du Parti travailliste, avait avancé cette idée avant de devenir membre du Parlement britannique, sans se douter qu'elle allait sans doute écourter sa vie politique. Sur une carte partagée en 2014 ou était écrits les mots «Problem solved !» (problème résolu), elle avait présenté sa proposition pour régler la question israélo-palestinienne une fois pour toutes.

Shah s'est livrée à de plates excuses devant le Parlement : «Je reconnais avoir fait des erreurs et je m'excuse de tout mon cœur devant ce Parlement pour les mots que j'ai dits avant d'en devenir membre. Je comprends et accepte que mes paroles aient pu blesser et indigner la communauté juive, ce que je regrette profondément. L'antisémitisme relève du racisme, point à la ligne.»

Malgré des excuses répétées à plusieurs reprises, dont une par lettre au Jewish News, le leader du parti Jeremy Corbyn a finalement cédé aux multiples pressions des autres membres du Parlement et a suspendu indéfiniment Naz Shah. Un porte-parole du Parti travailliste a déclaré : «Jeremy Corbyn et Naz Shah ont convenu d'un commun accord de la faire suspendre administrativement du parti par le secrétaire général.»

Pour sa part, Corbyn juge que les commentaires de Naz Shah sont antisémites, mais qu'elle ne l'est pas personnellement. «Ce qu'elle a fait est blessant et inacceptable. Je lui ai parlé et [nous avons] mis cela au clair. Le Parti travailliste s'oppose à l'antisémitisme et toutes les formes des racisme», a-t-il expliqué.

Le premier ministre David Cameron, lui, a fustigé Corbyn pour ne pas avoir suspendu la membre de Parlement plus rapidement.   

  

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales